836
Lectures Watched
Since January 1, 2014
2300+ courses starting
in September 2017
Peruse my collection of 271
influential people of the past.
View My Class Notes via:
Receive My Class Notes via E-Mail:

VIEW ARCHIVE


Contact Me via E-Mail:
edward [at] tanguay.info
Notes on video lecture:
La postérité d'Aristote
Choose from these words to fill the blanks below:
obtenir, Averroès, raison, préservatif, perspective, autre, lièvre, priori, islam, sang, prolongement, foi, complété, empêchera, assurée, réalité, éthiques, Bien, Aristote, conçu, XIIIe, étonner, sexuée, nature, folles, plutôt, finalité, autorité, enfants, célestes, survenir, vie, ciel
la postérité d'                
pendant des siècles, Aristote a été considéré comme une                               
dans tous les domaines, la pensée d'Aristote a paru être une pensée tellement                              et solide qu'elle a fait que les gens ont vu ce que voyait Aristote
Aristote prétendait que les corps                                étaient purs, mais était possible de voir même à l'oeil nu des tâches sur la Lune
Aristote disait que les lièvres se reproduisaient sans reproduction                           
on a considéré que c'état vrai
dans l'histoire de l'art occidental, le                            a été un symbole de la virginité
l'influence d'Aristote a été très grande en particulier sur les                                religieuses
aussi bien dans l'          
Avicenne (980-1037)
                               (1126-1198)
Catholique
Thomas d'Aquin (1225-1274)
le modèle aristotélicien a été                          comme le modèle dominant dans l'Europe médiévale
à la fin du Moyen-Âge au            siècle
on redécouvre la pensée d'Aristote à travers la littérature qui vient du monde arabe et que Aristote influence profondément la pensée occidentale
ces réinterprétations religieuses d'Aristote peuvent nous                             
Aristote n'a pas le doigt levé vers le          comme Platon,
il a                          la main étendue vers la terre
ce n'est pas une pensée religieuse a             , la pensée d'Aristote
mais on va lui donner un                          religieux
les humains naturellement tendent vers le          avec un grand B
pour                dans l'autre monde
la philosophie d'Aristote peut être prolongé dans cette architectonique des biens qui nous conduit au bien qui n'a sa                                qu'en lui-même vers un bien qui se trouve dans l'au-delà
ce que l'homme peut saisir par sa raison est nécessairement vrai parce que dieu a donné cette              à l'homme
ce qui est vrai dans l'ordre de la        ne peut pas contredire ce qui est vrai dans l'ordre de la raison
on imagine donc que tout ce qu'a dit Aristote est vrai mais doit être simplement                                             , prolongé par un autre registre qui est le registre de la foi
alors ce que Aristote dit est vrai dans cette                       
il est capable de discerner des finalités dans notre             , alors ce qu'indique la nature est nécessairement vrai
si on donne de la viande à manger à des vaches pour qu'elles soient plus productives
on ne doit pas s'étonner que les vaches deviennent              et nous rendent fous aussi parce que c'est contraire à la destination que la nature a imprimé aux choses
si la sexualité est destinée, par exemple à produire de la       
on va dire que la sexualité est là pour faire des               
alors ce qui                                la sexualité d'accomplir cette finalité sera nécessairement un mal
l'usage du                                      serait une mauvaise chose puisqu'il est contraire à la nature
une des questions essentielles sera de savoir qui détermine ces finalités propres à la nature
qui détermine en                                            le bien
c'est toute la question de savoir quelle est la place du magistère dans une église, de l'autorité qui détermine ces choses
c'est la question qui va assez vite                  d'un conflit dans l'interprétation de ces biens
la Réforme
il y aura assez vite un conflit sur l'interprétation du bien
l'un va dire que le bien correspond à une chose
l'autre va dire que le bien correspond à une            chose
il n'y a non seulement des conflits d'écriture, mais des conflits de         

People:

Averroes (1126-1198)
[ah-VAIR-oh-eez]
  • a medieval Andalusian polymath known for attempting to reconcile Aristotelian thought with Islam, and who wrote on logic, theology, psychology, political theory, geography, mathematics, and the medieval sciences of medicine, astronomy, and physics
  • Averroes was born in Córdoba to a family with a long and well-respected tradition of legal and public service
  • the 13th-century philosophical movement based on Averroes's work is called Averroism
  • Averroes's philosophical ideas were considered controversial in Ash'arite Muslim circles, whereas al-Ghazali believed that any individual act of a natural phenomenon occurred only because God willed it to happen, Averroes insisted phenomena followed natural laws that God created
  • Averroes had a greater impact on Christian Europe, where he has been described as the founding father of secular thought in Western Europe
  • Latin translations of Averroes's work led the way to the popularization of Aristotle
Avicenna (980-1037)
[ah-vih-SEN-ah]
  • a Persian polymath who is regarded as one of the most significant thinkers and writers of the Islamic Golden Age who wrote 450 works, around 240 which have survived, including 150 on philosophy and 40 on medicine
  • his most famous works are The Book of Healing, a philosophical and scientific encyclopedia, and The Canon of Medicine, a medical encyclopedia, which became a standard medical text at many medieval universities and remained in use as late as 1650
  • besides philosophy and medicine, Avicenna's corpus includes writings on astronomy, alchemy, geography and geology, psychology, Islamic theology, logic, mathematics, physics and poetry
  • Avicenna was born in a village near Bukhara, present-day Uzbekistan, which was the capital of the Samanids, a Persian dynasty in Central Asia
  • the story is told of Avicenna that "as a teenager, he was greatly troubled by the Metaphysics of Aristotle, which he could not understand until he read al-Farabi's commentary on the work: forty times, it is said, he read through the Metaphysics of Aristotle, till the words were imprinted on his memory, but their meaning was still obscure, until one day they found illumination, from the little commentary by Al-Farabi, which he bought at a bookstall for the small sum of three dirhams, and so great was his joy at the discovery, made with the help of a work from which he had expected only mystery, that he hastened to return thanks to God, and bestowed alms upon the poor"
Al-Farabi (872-951)
Renowned medieval philosopher, scientist, and mathematician is credited with preserving the original Greek texts during the Middle Ages because of his commentaries and treaties
  • Al-Farabi spent almost his entire life in Baghdad, but at the end of his life traveled to Egypt, then to Syria where he was supported by Sayf al-Dawla, the ruler of the Hamdanid dynasty (890-1004), where he died in Damascus
  • as a philosopher, Al-Farabi led a school of thought that breaks with the philosophy of Plato and Aristotle and moves from metaphysics to methodology, a move that anticipates modernity
  • one of his most notable works is Al-Madina al-Fadila in which he theorized an ideal state as in Plato's The Republic, but regarded the ideal state to be ruled by the prophet-imam, instead of the philosopher-king envisaged by Plato
  • in the area of physics, Al-Farabi wrote a short treatise "On Vacuum", where he thought about the nature of the existence of void, and may have carried out the first experiments concerning the existence of vacuum, in which he investigated handheld plungers in water
  • he had a great influence on science and philosophy for several centuries, and was widely considered second only to Aristotle in knowledge in his time
  • although mainly an Aristotelian logician, he created and included a number of non-Aristotelian elements in his works
  • he wrote a book on music titled Kitab al-Musiqa in which he presents philosophical principles about music, its cosmic qualities, and its influences
  • in the area of social psychology, he argued that "an isolated individual could not achieve all the perfections by himself, without the aid of other individuals," and that it is the "innate disposition of every man to join another human being or other men in the labor he ought to perform"

Flashcards:

that people have seen what Aristotle saw
que les gens ont vu ce que voyait Aristote
Even though it is possible with the naked eye to see spots on the moon
Et bien qu'il soit possible de voir même à l'oeil nu des tâches sur la Lune
rabbits
les lièvres
Western art
l'art occidental
Both in Judaism and Islam
Aussi bien dans le judaïsme que dans l'islam
taht in reality
qu'en réalité
which has its purpose in itself
qui n'a sa finalité qu'en lui-même vers
that which a man could grasp
ce que l'homme peut saisir
faith
la foi
The fact remains that what Aristotle says
Il n'en reste pas moins que ce que dit Aristote
we should not be surprised that the cows
on ne doit pas s'étonner que les vaches
go crazy
deviennent folles
What is the point of sexuality
À quoi sert la sexualité
that which prevents
ce qui empêchera
This is the whole question
C'est toute la question

Enhanced Transcription:

Pendant des siècles, Aristote a été considéré comme une autorité.

Avant de vous donner quelques éléments d'évaluation des risques et des avantages de cette position éthique, je voudrais brièvement évoquer avec vous la postérité d'Aristote.

Dans tous les domaines, la pensée d'Aristote a paru être une pensée tellement assurée, tellement solide qu'elle a fait que les gens ont vu ce que voyait Aristote (that people have seen what Aristotle saw).

Par exemple, Aristote prétendait que les corps célestes étaient purs.

Et bien qu'il soit possible de voir même à l'oeil nu des tâches sur la Lune (Even though it is possible with the naked eye to see spots on the moon), personne n'a jamais vu ces tâches pendant des siècles.

Ou de la même manière, parce qu'Aristote disait que les lièvres (rabbits) se reproduisaient sans reproduction sexuée, eh bien on a considéré que ce que disait Aristote était vrai, et dans l'histoire de l'art occidental (Western art), le lièvre a été un symbole de la virginité.

L'influence d'Aristote a été très grande en particulier sur les éthiques religieuses.

Et c'est certainement à travers les éthiques religieuses que la postérité d'Aristote a été la plus présente ou est encore présente aujourd'hui.

Aussi bien dans le judaïsme que dans l'islam (Both in Judaism and Islam), et on peut penser ici à Averroès ou à Avicenne que dans le christianisme à travers notamment la personnalité de Thomas d'Aquin, qui a profondément influencé la théologie catholique et l'éthique catholique.

Le modèle aristotélicien a été conçu comme le modèle dominant dans l'Europe médiévale.

C'est effectivement à la fin du Moyen-Âge, au milieu du Moyen-Âge, au XIIIe siècle qu'on redécouvre la pensée d'Aristote à travers la littérature qui vient du monde arabe et que Aristote influence profondément la pensée occidentale.

Evidemment, ces réinterprétations religieuses d'Aristote peuvent nous étonner puisque, nous l'avons dit, Aristote n'a pas le doigt levé vers le ciel comme Platon, mais qu'il a plutôt la main étendue vers la terre.

Ce n'est pas une pensée religieuse a priori, la pensée d'Aristote.

Mais assez vite, on va lui donner un prolongement (extension) religieux.

Si on dit que les humains naturellement tendent vers le Bien avec un grand B, ce souverain Bien, et si on dit qu'en réalité (taht in reality) le souverain Bien que les hommes imaginent naturellement n'est qu'un bien intermédiaire vers le bien véritable qu'est la béatitude que le croyant peut obtenir dans l'autre monde, alors on va considérer que ce que dit Aristote est vrai jusqu'à un certain point, mais peut être prolongé dans cette architectonique des biens qui nous conduit au bien qui n'a sa finalité qu'en lui-même vers (which has its purpose in itself) un bien qui se trouve dans l'au-delà.

Et c'est comme ça, par exemple, que la théologie catholique pendant longtemps va penser son modèle de l'éthique.

Alors à ce moment-là, ce que l'homme peut saisir (that which a man could grasp) par sa raison est nécessairement vrai parce que dieu a donné cette raison à l'homme.

Et ce qui est vrai dans l'ordre de la foi (faith) ne peut pas contredire ce qui est vrai dans l'ordre de la raison.

On imagine donc que tout ce qu'a dit Aristote est vrai mais doit être simplement complété, prolongé par un autre registre qui est le registre de la foi.

Il n'en reste pas moins que ce que dit Aristote (The fact remains that what Aristotle says) est vrai dans cette perspective.

On va alors considérer, par exemple, que si on contemple la nature, cette nature si belle autour de nous, et si on est capable de discerner des finalités dans cette nature, alors ce qu'indique la nature est nécessairement vrai, comme l'a dit Aristote.

Pour vous donner un exemple de cela, on pourrait trouver de nombreux exemples, y compris dans l'éthique contemporaine.

Par exemple, dans cette perspective aristotélicienne on dira que si on donne de la viande à manger à des vaches pour qu'elles soient plus productives, et bien évidemment ce sera contre nature et on ne doit pas s'étonner que les vaches (we should not be surprised that the cows) deviennent folles (go crazy) et nous rendent fous aussi parce que c'est contraire à la destination que la nature a imprimé aux choses.

Mais comme on le voit, la question peut être plus délicate.

Par exemple, quand on va dire est-ce que dans l'exercice de sa sexualité, l'être humain peut avoir une conduite contre nature?

À quoi sert la sexualité (What is the point of sexuality)?

Si la sexualité est destinée, par exemple à produire de la vie, on va dire que la sexualité est là pour faire des enfants.

Alors ce qui empêchera (that which prevents) la sexualité d'accomplir cette finalité sera nécessairement un mal.

Et c'est l'argument principal qu'utilisent certaines, certains pour dire que, par exemple, l'usage du préservatif serait une mauvaise chose puisqu'il est contraire à la nature.

Une des questions donc essentielles sera de savoir qui détermine ces finalités propres à la nature, qui détermine en réalité le bien.

Dans ces perspectives de reprise religieuse d'Aristote, comme on le voit, la raison garde sa place, elle est prolongée par la foi et évidemment la question principale sera de savoir qui détermine cette prolongation, comment elle se détermine et comment elle contraint les individus à se soumettre à ces destinations qui sont repérées comme étant bonnes (to submit to those destinations that are marked as being good).

C'est toute la question (This is the whole question) de savoir quelle est la place du magistère dans une église, de l'autorité qui détermine ces choses.

Est-ce que c'est déterminé par tout homme de bonne volonté ou est-ce que c'est déterminé par un magistère, par une autorité?

Et puis c'est la question qui va assez vite survenir d'un conflit dans l'interprétation de ces biens.

Si on pense les choses, par exemple, dans l'histoire européenne notamment au moment de la Réforme, et évidemment on ne peut que l'évoquer, ici à Genève, eh bien on voit qu'il y aura assez vite un conflit sur l'interprétation du bien.

L'un va dire que le bien correspond à une chose, l'autre va dire que le bien correspond à une autre chose, et il va y avoir, non seulement des conflits d'écriture, mais des conflits de sang.

Donc devant cette question des reprises (occasions?) religieuses d'Aristote, on voit en même temps l'intérêt du modèle d'Aristote, qui est un modèle concret, pratique, perfectionniste et on voit en même temps la limite de ce modèle d'Aristote, ce qui va nous introduire à une conclusion sur l'intérêt et les limites d'Aristote.

La petite sculpture qu'on voit derrière nous est le David de Chaponnière.

David qui est ce petit personnage qui au nom de sa foi est capable de renverser Goliath dont la tête se trouve à ses pieds.

La religion a souvent eu la prétention avec les reprises d'Aristote, de faire mieux que la philosophie, de renverser même les fausses idées philosophiques, mais elle-même sera souvent sujette à débat, à questionnement et à critique de la part de la philosophie.

Aristote dans son contexte
Qu'est-ce que le bien?
Aristote: La vertu et la prudence
Les vertus et l'éducation
Comment devient-on vertueux
La postérité d'Aristote
Aristote et le pluralisme
Une éthique des vertus pour les modernes
Le perfectionnisme
Le souci de soi
Friedrich Nietzsche et la volonté de puissance
Les vertus de Zarathoustra
Alasdair MacIntyre: Se réapproprier l'éthique des vertus
Alasdair MacIntyre: Se réapproprier l'éthique des vertus
André Comte-Sponville: amour et amitié
Kant: la Critique de la raison pure
Le fait de la raison
L'impératif hypothétique, assertorique et catégorique
Agir moralement: Quelques exemples kantiens
L'enthousiasme au respect de la loi
Le mal radical et la voie étroite de l'éthique
Filiation kantienne
La critique de la conscience
L’éthique du discours de Habermas et Apel