912
Lectures Watched
Since January 1, 2014
2400+ courses starting
in Feb-Mar 2019
Peruse my collection of 275
influential people of the past.
View My Class Notes via:
Receive My Class Notes via E-Mail:

VIEW ARCHIVE


Contact Me via E-Mail:
edward [at] tanguay.info
Notes on video lecture:
Aristote et le pluralisme
Choose from these words to fill the blanks below:
privée, paraissent, unifier, unité, société, bien, humaines, culture, abstenir, Gandhi, bonté, domaine, pluralisme, modèle, prudence, perfectionniste, contemporain, quotidienne, publique, vies, vertus, science, mêmes, différente, respecter
le débat éthique                          de cet héritage d'Aristote
1.                    simplement quelques règles, ou
2. de se cantonner à fixer un cadre à l'intérieur duquel l'ensemble des activités                  pourrait être légitime
il ne s'agit pas pour Aristote de s'                 de faire certaines choses
mais au contraire il faut rechercher le         
l'éthique est ainsi vue comme une manière                                d'accomplir la destinée humaine
le politique est là pour aider les individus à se réaliser eux-                      
il n'est pas là simplement pour organiser la                                            ou pour fixer les règles de base que tous doivent respecter
il est là pour nous permettre de nous développer, de nous accomplir, de réussir notre vie
tout ce qui constitue notre activité humaine
si ce n'est pas de la               
si ce n'est pas de la technique
toute notre activité est en réalité une question d'éthique
pas simplement sur les grandes choses, mais aussi sur les petites choses
l'idée de                           
le policier doit être un modèle pour l'ensemble des administrés
pas seulement dans sa vie professionnelle
mais dans sa vie                           
c'est la même pour l'enseignant
les hommes ou les femmes politiques, que leur manière d'être dans leur vie privée nous dit quelque chose de leur manière d'être dans leur vie                 
ça c'est un point aussi important de l'éthique d'Aristote, c'est que la vie                        est imprégnée en quelque sorte par l'éthique
même si elle se dit comme universelle, est évidemment marquée par sa propre               
la liste des vertus elle-même est en réalité contingente
les gens aujourd'hui sur quelles sont les attitudes qui pourraient être considérées comme des             
la liste est assez                                    de celle d'Aristote
aujourd'hui
la                          paraît être une vertu qui est reconnue par notre société comme quelque chose qui est admirable alors que ça n'est pas du tout le cas chez Aristote
la société du XVIIIe siècle
certaines vertus apparaissent comme centrales comme l'honneur, par exemple, qui ni à l'époque d'Aristote, ni à notre époque ne                      être des comportements qui sont spécialement valorisés par notre société
l'                         des vertus pour Aristote
la                  a nécessairement toutes les vertus morales
une vertu morale a nécessairement la prudence
donc à sa suite toutes les autres vertus morales
cette idée qu'il y a une unité nécessaire des vertus, nous paraît beaucoup plus problématique aujourd'hui
quelqu'un peut être excellent dans un domaine et dans un autre domaine ne pas l'être
Martin Luther King
Mère Teresa
            
qui paraissent rallier l'ensemble de l'admiration des gens, eh bien on s'aperçoit que dans tel ou tel                de leur vie ils ont une attitude qui est beaucoup plus critiquable
donc, l'idée même d'une unité des vertus nous paraît problématique
le rôle du politique
est-ce que c'est au politique d'               les différentes conceptions du bien et de les rallier autour de l'idée d'un bien commun
nous sommes aujourd'hui beaucoup trop conscients du                     
nous pensons plutôt qu'il y a des biens que les individus peuvent légitimement prendre pour leurs et qui sont destinés à orienter leurs         

Flashcards:

We have covered several elements
Nous avons parcouru plusieurs éléments
I would like here to outline just some features
je voudrais ici simplement en esquisser quelques traits
to confine itself to establish a framework
de se cantonner à fixer un cadre
It is a not a question for Aristotle
Il ne s'agit pas pour Aristote
it is clearly present in Aristotle
elle est manifestement présente chez Aristote
to set the ground rules that all must respect
pour fixer les règles de base que tous doivent respecter
to succeed in our lives
de réussir notre vie
Another point that should be emphasized
Un autre point qu'il faudrait souligner
although it is said to be universal
même si elle se dit comme universelle
we would see that
on verrait que
kindness today
la bonté aujourd'hui
during a preceding lesson
lors d'une séquence précédente
drawn from nature
tirer de la nature
It nevertheless remains that
Il ne reste pas moins que
it is practice that makes perfect
que c'est en forgeant qu'on devient forgeron
a matter of self-fulfillment
une question d'accomplissement de soi

Enhanced Transcription:

Nous avons parcouru plusieurs éléments (We have covered several elements) importants de l'éthique d'Aristote et je voudrais ici simplement en esquisser quelques traits (I would like here to outline just some features) à la fois positifs et plus critiques.

Le grand intérêt dans le débat éthique contemporain de cet héritage d'Aristote c'est de nous montrer que si l'éthique a un sens elle nous demande plus que de respecter simplement quelques règles ou de se cantonner à fixer un cadre (to confine itself to establish a framework) à l'intérieur duquel l'ensemble des activités humaines pourrait être légitime.

Il ne s'agit pas pour Aristote (It is a not a question for Aristotle) de s'abstenir de faire certaines choses mais au contraire il faut rechercher le bien.

L'éthique est ainsi vue comme une manière perfectionniste d'accomplir la destinée humaine.

S'il y a une dimension politique à l'éthique et elle est manifestement présente chez Aristote (it is clearly present in Aristotle), le politique est là pour aider les individus à se réaliser eux-mêmes, il n'est pas là simplement pour organiser la société ou pour fixer les règles de base que tous doivent respecter (to set the ground rules that all must respect).

Il est là pour nous permettre de nous développer, de nous accomplir, de réussir notre vie (to succeed in our lives).

Ça c'est un point très important.

Un autre point très important c'est que tout ce qui constitue notre activité humaine, si ce n'est pas de la science ou si ce n'est pas de la technique, mais toute notre activité est en réalité une question d'éthique.

Donc l'éthique ne se joue pas simplement (ethics is not merely about?) sur les grandes choses, mais aussi sur les petites choses.

Un autre point important c'est l'idée de modèle.

Cette idée de modèle on la retrouvera dans de nombreux domaines.

Par exemple, si on réfléchit aux codes de la police, eh bien on va dire que le policier doit être un modèle pour l'ensemble des administrés, qu'il est policier non seulement dans sa vie professionnelle, mais qu'il est policier aussi dans sa vie privée, aussi dans sa manière d'être avec les autres.

De la même manière pour l'enseignant, de la même manière aussi pour des personnes dont on pense, par exemple les hommes ou les femmes politiques, que leur manière d'être dans leur vie privée nous dit quelque chose de leur manière d'être dans leur vie publique.

Donc, ça c'est un point aussi important de l'éthique d'Aristote, c'est que la vie quotidienne est imprégnée en quelque sorte par l'éthique.

Un autre point qu'il faudrait souligner (Another point that should be emphasized) qui celui-là est plus critique, c'est qu'évidemment la perspective d'Aristote, même si elle se dit comme universelle (although it is said to be universal), est évidemment marquée par sa propre culture.

Si on interroge par exemple les gens aujourd'hui sur quelles sont les attitudes qui pourraient être considérées comme des vertus eh bien on verrait que (we would see that) la liste est assez différente de celle d'Aristote.

Par exemple, la bonté aujourd'hui (kindness today) paraît être une vertu qui est reconnue par notre société comme quelque chose qui est admirable alors que ça n'est pas du tout le cas chez Aristote.

Si on s'intéressait à la société du XVIIIe siècle, eh bien on verrait que certaines vertus apparaissent comme centrales comme l'honneur, par exemple, qui ni à l'époque d'Aristote, ni à notre époque ne paraissent être des comportements qui sont spécialement valorisés par notre société.

Autrement dit, la liste des vertus elle-même est en réalité contingente.

Un autre point qui lui est plus critique aussi d'Aristote c'est cette idée de l'unité des vertus.

Pour Aristote, celui qui a la prudence a nécessairement toutes les vertus morales et celui qui a une vertu morale a nécessairement la prudence et donc à sa suite toutes les autres vertus morales.

Or, cette idée qu'il y a une unité nécessaire des vertus, nous paraît beaucoup plus problématique aujourd'hui.

Quelqu'un peut être excellent dans un domaine et dans un autre domaine ne pas l'être.

Si on pense aux grandes figures, par exemple, aujourd'hui comme Martin Luther King ou comme Mère Teresa ou comme d'autres personnes, ou Gandhi, qui paraissent rallier l'ensemble de l'admiration des gens (who seem to rally people's admiration), eh bien on s'aperçoit que dans tel ou tel domaine de leur vie ils ont une attitude qui est beaucoup plus critiquable.

Donc, l'idée même d'une unité des vertus nous paraît problématique.

Un autre point qui paraît problématique c'est évidemment le rôle du politique.

Est-ce que c'est au politique d'unifier les différentes conceptions du bien et de les rallier autour de l'idée d'un bien commun?

Nous sommes aujourd'hui beaucoup trop conscients du pluralisme, c'est-à-dire de l'idée que il n'y a pas d'accès privilégiés à la vérité sur le bien qui puissent nous déterminer à nous rallier à cette conception-là pour adhérer à cette idée d'un bien commun.

Nous pensons plutôt qu'il y a des biens que les individus peuvent légitimement prendre pour leurs et qui sont destinés à orienter leurs vies.

Donc, sur toute une série de points et il y en aurait d'autres encore, j'ai mentionné lors d'une séquence précédente (during a preceding lesson) le fait qu'il n'est pas évident de discerner dans la nature des finalités, on pourrait aussi bien tirer de la nature (drawn from nature) que en réalité ce qui régit la nature c'est la capacité du plus fort à imposer son point de vue sur les plus faibles et pas simplement de dire que tous dans la nature doivent pouvoir vivre d'une manière harmonieuse, donc l'idée même qu'il y ait des finalités inscrites dans la nature fait problème, il y a toute une série de points sur lesquels on peut discuter l'éthique d'Aristote.

Il ne reste pas moins que (It nevertheless remains that) c'est un des grands modèles parce que c'est un modèle à la fois pratique, c'est un modèle qui nous dit comment devenir éthiques, on pourrait le résumer en disant que c'est en forgeant qu'on devient forgeron (it is practice that makes perfect), et c'est un modèle qui montre que l'éthique est d'abord une question d'accomplissement de soi (a matter of self-fulfillment), de réussite de sa vie, de bonheur et de ce point de vue- là c'est un grand modèle qu'il nous faut comprendre encore aujourd'hui et qui continue d'influencer bien des comportements.

Aristote dans son contexte
Qu'est-ce que le bien?
Aristote: La vertu et la prudence
Les vertus et l'éducation
Comment devient-on vertueux
La postérité d'Aristote
Aristote et le pluralisme
Une éthique des vertus pour les modernes
Le perfectionnisme
Le souci de soi
Friedrich Nietzsche et la volonté de puissance
Les vertus de Zarathoustra
Alasdair MacIntyre: Se réapproprier l'éthique des vertus
Alasdair MacIntyre: Se réapproprier l'éthique des vertus
André Comte-Sponville: amour et amitié
Kant: la Critique de la raison pure
Le fait de la raison
L'impératif hypothétique, assertorique et catégorique
Agir moralement: Quelques exemples kantiens
L'enthousiasme au respect de la loi
Le mal radical et la voie étroite de l'éthique
Filiation kantienne
La critique de la conscience
L’éthique du discours de Habermas et Apel
L'éthique de la responsabilité de Hans Jonas
La question éthique comme d'une révolte devant l'injustice
La théorie de la justice de John Rawls