769
Lectures Watched
Since January 1, 2014
1300+ courses starting
in March 2017
Peruse my collection of 261
influential people of the past.
View My Class Notes via:
Receive My Class Notes via E-Mail:

VIEW ARCHIVE


Contact Me via E-Mail:
edward [at] tanguay.info
Notes on video lecture:
Le théâtre régulier et les règles
Choose from these words to fill the blanks below:
volonté, régulier, auteur, meilleur, vraisemblance, primesautier, Bérénice, rapport, yeux, désert, antique, narrations, ignorance, excellence, Paris, changement, aise, arrive, facilement, unité, spectateur, patient, horreur, créées, enjeu, constitution, XVIe, ailleurs, XVIIe, épopée, irrégulier, soumis, faute, événements, actions, déroule, indépendamment, campagne, 1630, convient, obéit, ennuyeux, époque, artificiel, soleil, Europe, lieu, Aristote, semaine, oublie, autrement, succès, lesquelles, cadre, reprise, ravir, faudrait, Richelieu, dénouement
le théâtre régulier,              à des règles
la règle des trois unités
la règle d'unité de temps
la fameuse règle des vingt-quatre heures
la règle d'unité de         
la règle d'unité d'action
la concentration autour d'une seule action
par                à la tragi-comédie
à plusieurs               
tout doit être organisé autour d'un ensemble de personnages liés entre eux
la grande règle dite de la                           
tout paraisse au spectateur vraisemblable
rien ne lui paraisse                     
la liaison des scènes
pour que paraisse vraisemblable l'enchaînement des                                                  il faut que lorsqu'un personnage sort de scène, il en sorte de façon vraisemblable
s'il sort de scène c'est parce qu'il y a un autre personnage qui             
la scène vide est une                pour les théoriciens du théâtre régulier
parce que ça ne paraît pas vraisemblable
il faut toujours que devant les          des spectateurs il y ait des personnages en action
la liaison des scènes a été reproché à                                             
mais pourtant Racine passe pour l'auteur régulier par                     
chez lui ce n'est pas une            contre la règle
mais c'est une                              en fait
de la même manière que de préfigurer avec le                                    où, après le « Hélas !» final de la pièce, c'est le désert en quelque sorte
le                            des cœurs équivaut au désert de la scène
où viennent toutes ces règles
il y en a deux qui existaient depuis le          siècle, depuis la Renaissance
depuis la naissance du théâtre moderne au milieu du XVIe siècle
1. règle des vingt-quatre heures,                          de temps
2. la règle d'unité d'action
l'unité de lieu est inventée au            siècle
on a eu l'impression qu'elles existaient dans le théâtre               
le théâtre moderne c'est la                moderne du théâtre ancien
les tragédies et les comédies étaient le plus souvent en vingt-quatre heures
la Poétique d'                , le principal traité de poétique dramatique
l'                                         se déroulait en général durant une année
la tragédie entre le lever et le coucher du             
on en a déduit que puisque Aristote avait dit cela et que les Anciens avaient généralement fait leurs pièces dans une action qui se                              en vingt-quatre heures il fallait que l'action soit en vingt-quatre heures
                   dit les Italiens d'abord, puis les Français qui les ont imités, ont décidé que les règles étaient des choses obligatoires
le théâtre classique ça paraît être constitutivement un théâtre régulier
mais le théâtre classique à un moment donné il a été contesté dans sa                         
on a défini certains pans de ce théâtre comme un théâtre baroque,                                   
baroque ça signifie irrégulier à l'origine
il y a les périodes-clés durant                      il y a eu des conflits, des tensions
à la fin du XVIe siècle
la tragédie, lorsqu'elle commence à être représentée de plus en plus souvent à la                 
dans les villes en dehors de           
où les premières tragédies ont été écrites et                                         
elle est confrontée à un public qui est moins                que le public des savants et des jeunes étudiants qui ont l'habitude d'un théâtre à l'ancienne
un public plus impatient et qui accepte moins                      que des règles créent des contraintes d'unité
la contrainte d'unité de temps la plus connue c'est
comme tout doit se dérouler en vingt-quatre heures et, par conséquence dans des lieux proches puisqu'en vingt-quatre heures on ne peut pas beaucoup s'éloigner, bien dès lors que quelque chose se passe                 , loin ou avant, il faut faire un récit
les récits ont été jugés à un moment donné                 
la tragédie, à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle
             progressivement ces règles
tragi-comédie
se développer                                            des règles
c'est à cause de cela que la tragi-comédie est un genre irrégulier, ou a-                              
c'est la transposition, au théâtre, du roman, de la nouvelle, du poème héroïque, c'est-à-dire d'une narration
on condense de longues                      en cinq actes
il faut donc qu'en cinq actes on raconte des histoires qui peuvent se dérouler en plusieurs années à travers toute l'             ou toute la Méditerranée
donc ce sont nécessairement des pièces qui ne peuvent pas rentrer dans le            des règles
le genre se constitue indifféremment aux règles
un genre qui se constitue avec indifférence
dans l'                   totale des règles
alors « théâtre a-régulier » plutôt qu'irrégulier parce qu'irrégulier ça signifie que, on est mal à l'         dans les règles, on les contourne alors que « a-régulier » c'est un théâtre qui se passe des règles dès son origine, dès sa naissance, voilà
autour de         
la tragi-comédie a un tel                           
elle en vient à être théorisée
il y a quelques théoriciens qui disent que le succès de la tragi-comédie tient au fait qu'elle n'                         pas aux règles
les Français de l'époque moderne sont des gens avec un esprit                         
ils aiment le                     , la variété
la tragi-comédie est le genre qui leur                 
à ce moment-là il n'y a plus une seule tragédie pendant quelques années autour de 1630 qui est créée sur les scènes parisiennes, là où la création se fait
l'entourage de                   
se rendent compte que le genre le plus prestigieux continue à être la tragédie puisque c'est le genre hérité de l'Antiquité
que les Italiens se sont rendus prestigieux à leur tour avec des tragédies et que comme on est dans un            de rivalité en terme de prééminence culturelle, il faut            la prééminence culturelle à l'Italie, il faut absolument réintroduire la tragédie et donc il faut réintroduire ce qui va avec la tragédie, c'est-à-dire les règles
on va inventer un raisonnement rationnel désormais
pour expliquer que si le théâtre est régulier c'est parce que le                  type de théâtre est régulier, à la différence d'un théâtre irrégulier
quel est le but du théâtre à l'                           ?
faire croire au                      que ce qu'il voit est vrai
donc, pour lui faire croire que ce qu'il voit est vrai, il faut que tout soit vraisemblable
la représentation dure deux heures, deux heures trente, il                  dans l'idéal que l'action qu'on représente dure deux heures, deux heures trente, pour que le spectateur ait l'illusion d'être dans la pièce, d'être le témoin de ce qu'il voit
le spectateur lui, qui est dans la salle pendant deux heures et demie s'il voit qu'on lui raconte quelque chose qui se déroule en deux jours, trois jours, quatre jours, une               
le spectateur se dit : Ah, c'est très bien ce que je vois mais il y a un              derrière qui est en train de couper avec ces ciseaux le temps, qui fait les ellipses, et donc je suis au théâtre et le but de l'art c'est de me faire croire que je ne suis pas au théâtre, de me faire croire que ce que je vois est vrai parce que plus je croirai que ce que je vois est vrai, plus je serai pris par l'émotion.

Flashcards:

subject to rules
soumis à des règles
But yes, there are others
Mais oui, il y en a d'autres
Compared to the tragicomedy
Par rapport à la tragi-comédie
organized around a set of interlinked characters
organisé autour d'un ensemble de personnages liés entre eux
that range from
qui vont de
which is to ensure that all appear to the viewer the same way
qui consiste à faire en sorte que tout paraisse au spectateur vraisemblable
has been criticized
a été reproché
on two occasions I think
à deux reprises je crois
foreshadow the outcome
préfigurer avec le dénouement
except that they do not exist in the same manner
sauf qu'elles n'existaient pas de la même manière
Because
Puisque
the modern revival of ancient theater
la reprise moderne du théâtre ancien
one realized that
on s'est rendu compte que
the epic
l'épopée
between sunrise and sunset
entre le lever et le coucher du soleil
it was concluded that
on en a déduit que
it was necessary that the action take place in twenty-four hours
il fallait que l'action soit en vingt-quatre heures
In other words
Autrement dit
Of all these rules
Du coup toutes ces règles
the fact remains that
il n'empêche que
one defined in hindsight
après coup on a défini
the unique constraints
des contraintes d'unité
as soon as something happens elsewhere
bien dès lors que quelque chose se passe ailleurs
I should say
je devrais dire
one avoids them
on les contourne
was a resounding success
a connu un vif succès
it comes to be theorized
qu'elle en vient à être théorisée
there where creation is done
là où la création se fait
one began to reason
qu'on se met à raisonner
by approximating as much as possible
en rapprochant autant que possible
to be a witness of what he sees
d'être le témoin de ce qu'il voit
taking place in several days
qui se déroulent en plusieurs jours

Enhanced Transcription:

L'une des caractéristiques du théâtre classique c'est d'être un théâtre qu'on appelle régulier, c'est-à-dire soumis à des règles (subject to rules) et nous sommes réunis ici aujourd'hui pour essayer d'approfondir un peu et d'éclaircir cette question (to try to deepen and clarify the question) compliquée au premier abord mais finalement simple quand on étudie les règles.

Alors la première question : - Au sujet du théâtre classique, on parle souvent de la règle des trois unités mais est-ce qu'il y a d'autres règles ? -

Mais oui, il y en a d'autres (But yes, there are others).

La règle la plus connue c'est la règle d'unité de temps, c'est-à-dire la fameuse règle des vingt-quatre heures.

Il y a la règle d'unité de lieu, la règle d'unité d'action, c'est-à-dire la concentration autour d'une seule action.

Par rapport à la tragi-comédie (Compared to the tragicomedy) dont on a parlé dans la séquence précédente, la tragi-comédie est un genre à plusieurs fils (of several sons?), donc à plusieurs actions, là, quand on parle d'unité d'action c'est que tout doit être organisé autour d'un ensemble de personnages liés entre eux (organized around a set of interlinked characters).

Mais il y a d'autres règles qui vont de (that range from) la grande règle dite de la vraisemblance (verisimilitude) qui consiste à faire en sorte que tout paraisse au spectateur vraisemblable (which is to ensure that all appear to the viewer the same way), rien ne lui paraisse artificiel et cette grande règle de la vraisemblance entraîne (leads to?) toutes les autres règles, par exemple il y a ce qu'on appelle la règle de la liaison des scènes.

Pour que paraisse vraisemblable (credible?) l'enchaînement des événements il faut que lorsqu'un personnage sort de scène, il en sorte de façon vraisemblable, c'est-à-dire qu'il faut que, s'il sort de scène c'est parce qu'il y a un autre personnage qui arrive et qu'il ne veut pas le voir ou bien, avant qu'il sorte de scène, un autre personnage fait son entrée, attendu par celui qui est en scène et à ce moment-là l'autre sort de scène après avoir dialogué.

Par exemple la question de la scène vide est une horreur pour les théoriciens du théâtre régulier parce que ça ne paraît pas vraisemblable : il faut toujours que devant les yeux des spectateurs il y ait des personnages en action.

Et pour ce qui est de la liaison des scènes, est-ce cela qui a été reproché (has been criticized) à Bérénice, à deux reprises je crois (on two occasions I think) ?

Exactement. Et pourtant Racine passe pour l'auteur régulier par excellence.

C'est-à-dire que chez lui ce n'est pas une faute contre la règle, c'est une volonté en fait.

De la même manière que de préfigurer avec le dénouement (foreshadow the outcome) où, après le « Hélas !» final de la pièce, c'est le désert en quelque sorte.

Le désert des cœurs équivaut au désert de la scène.

Est-ce que vous pouvez nous expliquer finalement d'où viennent toutes ces règles et est-ce qu'elles existaient avant le XVIIe siècle ?

Alors oui, bien sûr, sauf qu'elles n'existaient pas de la même manière (except that they do not exist in the same manner).

Il y en a deux qui existaient depuis le XVIe siècle, depuis la Renaissance, donc depuis la naissance du théâtre moderne au milieu du XVIe siècle : c'est la règle des vingt-quatre heures, unité de temps, et la règle d'unité d'action.

L'unité de lieu, elle, est inventée au XVIIe siècle.

Mais en fait elles sont inventées à la Renaissance, au XVIe siècle parce qu'on a eu l'impression qu'elles existaient dans le théâtre antique.

Puisque (Because) le théâtre moderne c'est la reprise moderne du théâtre ancien (the modern revival of ancient theater) on a regardé comment était fait le théâtre ancien et on s'est rendu compte que (one realized that) les tragédies et les comédies étaient le plus souvent en vingt-quatre heures.

Et puis on a vu que dans la Poétique d'Aristote, le principal traité (treatise?) de poétique dramatique, donc le principal traité de théorie dramatique, il disait que l'épopée (the epic) se déroulait en général durant une année et la tragédie entre le lever et le coucher du soleil (between sunrise and sunset) et donc on en a déduit que (it was concluded that) puisque Aristote avait dit cela et que les Anciens avaient généralement fait leurs pièces dans une action qui se déroule en vingt-quatre heures il fallait que l'action soit en vingt-quatre heures (it was necessary that the action take place in twenty-four hours).

Autrement dit (In other words) les Italiens d'abord, puis les Français qui les ont imités, ont décidé que les règles étaient des choses obligatoires.

Du coup toutes ces règles (Of all these rules) est-ce qu'elles se sont maintenues au cours de l'histoire de la tragédie française ?

Est-ce qu'à un moment elles n'ont pas été contestées ou rejetées ?

Oui, alors effectivement le théâtre classique ça paraît être constitutivement un théâtre régulier mais il n'empêche que (the fact remains that) ce théâtre classique à un moment donné il a été contesté dans sa constitution.

C'est la raison pour laquelle, après coup on a défini (one defined in hindsight) certains pans (sections) de ce théâtre comme un théâtre baroque, irrégulier.

Baroque ça signifie irrégulier à l'origine.

Et effectivement, si je raisonne sur le long terme il y a une permanence des règles mais si on examine par période et quelles sont les périodes-clés durant lesquelles il y a eu des conflits, des tensions, on s'aperçoit que, à la fin du XVIe siècle, c'est le moment où la tragédie, lorsqu'elle commence à être représentée de plus en plus souvent à la campagne, c'est-à-dire dans les villes en dehors de Paris là où les premières tragédies ont été écrites et créées, eh bien elle est confrontée à un public qui est moins patient que le public des savants et des jeunes étudiants qui ont l'habitude d'un théâtre à l'ancienne, etc.

Donc un public plus impatient et qui accepte moins facilement que des règles créent des contraintes d'unité (the unique constraints) et la contrainte d'unité de temps la plus connue c'est, comme tout doit se dérouler en vingt-quatre heures et, par conséquence dans des lieux proches puisqu'en vingt-quatre heures on ne peut pas beaucoup s'éloigner (many cannot get away), bien dès lors que quelque chose se passe ailleurs (as soon as something happens elsewhere), loin ou avant, il faut faire un récit (a story).

Et les récits ont été jugés à un moment donné ennuyeux, d'où le fait que la tragédie, à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle conteste, même oublie progressivement ces règles et que se met en place un genre (set up a genre) qui est la tragi-comédie qui va se développer indépendamment des règles.

Alors, est-ce que c'est à cause de cela que la tragi-comédie est un genre irrégulier, d'ailleurs vous avez même dit un genre « a-régulier »?

Alors pourquoi « a-régulier » ?

Parce que, qu'est-ce que c'est que la tragi-comédie ?

Sommairement (Briefly/) et en deux mots la tragi-comédie c'est la transposition, au théâtre, du roman, de la nouvelle, du poème héroïque, c'est-à-dire d'une narration.

C'est le mode narratif qui est transposé tel quel au théâtre (transposed as such in the theater/) et donc condensé au théâtre.

On condense de longues narrations mais on les condense en cinq actes.

Il faut donc qu'en cinq actes on raconte des histoires qui peuvent se dérouler en plusieurs années à travers toute l'Europe ou toute la Méditerranée, donc ce sont nécessairement des pièces qui ne peuvent pas rentrer dans le cadre des règles (fall within the scope of the rules?).

Donc le genre, quand il se constitue, il se constitue indifféremment aux règles, de façon différente et donc, je devrais dire (I should say) c'est un genre qui se constitue avec indifférence, dans l'ignorance totale des règles, c'est pour ça que je préfère parler de « théâtre a-régulier » plutôt qu'irrégulier parce qu'irrégulier ça signifie que, on est mal à l'aise (awkward) dans les règles, on les contourne (one avoids them) alors que « a-régulier » c'est un théâtre qui se passe (that happens) des règles dès son origine, dès sa naissance, voilà.

Si j'ai bien compris la tragi-comédie a connu un vif succès (was a resounding success) mais alors comment les règles ont pu de nouveau être imposées ?

Alors effectivement, ce qui se produit c'est que, autour de 1630, la tragi-comédie a un tel succès qu'elle en vient à être théorisée (it comes to be theorized) et qu'il y a quelques théoriciens qui disent que le succès de la tragi-comédie tient au fait qu'elle n'obéit pas aux règles et que nous, Français de l'époque moderne, nous sommes des gens avec un esprit primesautier (an impulsive spirit).

Les Français sont connus, ils aiment le changement, la variété et donc la tragi-comédie est le genre qui leur convient.

Et à ce moment-là il n'y a plus une seule tragédie pendant quelques années autour de 1630 qui est créée sur les scènes parisiennes, là où la création se fait (there where creation is done).

Et c'est alors que l'entourage de Richelieu, ceux qui font avec lui la politique culturelle se rendent compte que (realized that) le genre le plus prestigieux continue à être la tragédie puisque c'est le genre hérité de l'Antiquité, que les Italiens se sont rendus prestigieux à leur tour avec des tragédies et que comme on est dans un enjeu de rivalité (in a rivalry challenge) en terme de prééminence culturelle, il faut ravir la prééminence (we must have the preeiminence) culturelle à l'Italie, il faut absolument réintroduire la tragédie et donc il faut réintroduire ce qui va avec la tragédie, c'est-à-dire les règles.

Et c'est ainsi que l'on va inventer un raisonnement rationnel désormais (now) pour expliquer que si le théâtre est régulier c'est parce que le meilleur type de théâtre est régulier, à la différence d'un théâtre irrégulier.

Je veux dire qu'on se met à raisonner (one began to reason) de la manière suivante : quel est le but du théâtre ?

Faire croire au spectateur que ce qu'il voit est vrai, donc, pour lui faire croire que ce qu'il voit est vrai, il faut que tout soit vraisemblable.

Comment arriver à la meilleure forme de vraisemblance possible ?

Eh bien en rapprochant, pour ce qui est du temps (in terms of time?), en rapprochant autant que possible (by approximating as much as possible), le temps de l'action du temps de la représentation.

La représentation dure deux heures, deux heures trente, il faudrait dans l'idéal que l'action qu'on représente dure deux heures, deux heures trente, pour que le spectateur ait l'illusion d'être dans la pièce, d'être le témoin de ce qu'il voit (to be a witness of what he sees).

Et le raisonnement est le suivant, ils ont dit : « Vous qui aimez des pièces sans règle qui se déroulent en plusieurs jours (taking place in several days).

Le spectateur lui, qui est dans la salle pendant deux heures et demie s'il voit qu'on lui raconte quelque chose qui se déroule en deux jours, trois jours, quatre jours, une semaine, il se dit : « Ah, c'est très bien ce que je vois mais il y a un auteur derrière qui est en train de couper avec ces ciseaux le temps, qui fait les ellipses, et donc je suis au théâtre et le but de l'art c'est de me faire croire que je ne suis pas au théâtre, de me faire croire que ce que je vois est vrai parce que plus je croirai que ce que je vois est vrai, plus je serai pris par l'émotion (the more I will be taken over by emotion). »

Naissance du « théâtre moderne » en France
Permanence de tragédie jusqu'au 19ème siècle
Le théâtre régulier et les règles
Catharsis et tragédie
La re-renaissance de la tragédie
Tragédie régulière (classique) et tragi-comédie irrégulière ( baroque)
17ème siècle Paris et le théâtre public
Publics et adversaires du théâtre
Les conditions de représentation : les trois types de troupes
Déroulement d'une séance
L'architecture des salles de théâtre