917
Lectures Watched
Since January 1, 2014
Hundreds of free, self-paced university courses available:
my recommendations here
Peruse my collection of 275
influential people of the past.
View My Class Notes via:
Receive My Class Notes via E-Mail:

VIEW ARCHIVE


Contact Me via E-Mail:
edward [at] tanguay.info
Notes on video lecture:
Le contenu du texte: la rhétorique
Choose from these words to fill the blanks below:
persuader, énonciation, personnage, tragédies, règles, monologues, impression, période, adressent, spectateur, peur, départ, auparavant, autrement, jeu, enjeux, échangent, provoquer, orateurs, réfutation, narration, auditoire, séduire, plaisir, spectateur, falloir, personnages, judiciaires, tirade, confirmation, parole, vrai, obéir, passions, violentes, auteur, théâtre
le contenu du texte
pour faire parler les                       
pour que les personnages                                 
des idées
des arguments
des                 
pour que le spectateur comprenne ce que l'             veut lui faire comprendre
sur scène
le point de                            d'une pièce de théâtre
où est-il en scène
à quelle                              est-il en scène
qu'a-t-il fait                     
que veut-il faire
il y a tout un ensemble d'éléments que l'auteur cherche à faire comprendre au                     
mais il ne peut le faire comprendre qu'à travers la              des personnages
double                                      théâtrale
un phénomène qui constitue le fondement de l'art du                                         
l'auteur s'adresse aux spectateurs mais à travers des personnages qui s'                   l'un à l'autre
s'adresser au spectateur c'est s'adresser à quelqu'un que l'on veut
émouvoir
                            
éblouir
pour la tragédie
veut faire         
veut faire pleurer
le but de la tragédie comme le dit Aristote et comme le reprennent les théoriciens et les auteurs du XVIIe siècle c'est de provoquer du                en suscitant chez les spectateurs des émotions
les émotions les plus                    qui soient provoquent du plaisir : le plaisir de l'émotion
pour cela il faut trouver un (moyen( d'utiliser la parole de façon persuasive
la rhétorique
c'est l'art de                   
un art technique qui s'adresse avant tout aux                 
aussi bien les orateurs politiques que les orateurs                       
mais il s'adresse aussi à tous ceux qui veulent provoquer des émotions dans un                   
un auteur de théâtre est dans la même position qu'un orateur puisqu'il cherche à provoquer des émotions dans un auditoire
l'orateur politique ou judiciaire cherche à provoquer des émotions pour convaincre le                     
l'orateur poétique cherche en fait à convaincre le spectateur que ce qu'il voit est vrai pour                    des émotions
c'est le même art et technique qu'on appelle la rhétorique qui est en       
il s'agit d'                         aux différentes parties de la rhétorique
une fois qu'on a inventé un sujet, qu'on a trouvé le caractère des personnages, l'identité des personnages, ce qu'on appelle l'invention
il va                organiser la pièce
des discours intérieurs
lorsqu'un                      parle
particulièrement lorsqu'il se lance dans une longue              pour convaincre l'autre personnage
là c'est évident que lorsqu'on parle à un autre personnage pour le convaincre que ce qu'on pense est         
on a recours à toutes les techniques de la rhétorique
même dans des                      lorsqu'un personnage réfléchit sur son état et cherche à savoir quelle décision prendre, dans l'état lamentable dans lequel il est dans une tragédie, eh bien il va avoir recours à l'argumentation rhétorique
cette tirade ou ce monologue dans lequel il donne l'                     de réfléchir, de se plaindre, de se lamenter
il est structuré selon les                            de la rhétorique
il y a un exorde
une sorte d'entrée en matière dans laquelle on annonce la situation dans laquelle on est, le sujet que l'on va développer
puis une                   
puis ce qu'on appelle une                         , c'est-à-dire qu'on tire des arguments de la narration et de la situation générale pour convaincre soi ou bien autrui de ce qu'on est en train d'expliquer
quelquefois il y a une                                   
"Oui, mais je prends cette décision mais, si je réfléchis                   , je prends la décision inverse"
résumé
exorde
narration
confirmation
les arguments
les (preuves(
réfutations
les contre-arguments
les contre-preuves
péroraison
la décision
c'est-à-dire essentiellement dans les                                 
puisque les tragédies, mettant en scène
des crimes
des              politiques
des enjeux passionnels

Flashcards:

What did he do before
Qu'a-t-il fait auparavant
whom we want to move
que l'on veut émouvoir
dazzle
éblouir
by arousing
en suscitant
that he sees as true
qu'il voit est vrai
Afterwards we will have to organize the play
Après il va falloir organiser la pièce
to complain
de se plaindre
to convince oneself or others
pour convaincre soi ou bien autrui
Sometimes it is a
Quelquefois il y a une
it I think otherwise
si je réfléchis autrement
featuring crimes
mettant en scène des crimes
political issues
des enjeux politiques

Ideas and Concepts:

Vocabulaire du théâtre, via le cours de À la découverte du théâtre classique français:

"double énonciation, n.

Le personnage sur scène parle en double énonciation quand il interrompt le dialogue pour parler au public ou dire sa pensée à part, pour lui, sans que l'autre personnage présent sur scène ne l'entende. Cette double énonciation est souvent présente dans les monologues particulièrement lorsque les fonctions sensorielles du personnage sont mises en avant."

Enhanced Transcription:

Après les formes du texte, les formes du dialogue, venons-en au contenu du texte (let's come to the content of the texts).

Pour faire parler les personnages, c'est-à-dire non seulement pour que les personnages échangent des idées, des arguments, des passions mais aussi pour que le spectateur comprenne ce que l'auteur veut lui faire comprendre, c'est-à-dire que le point de départ d'une pièce de théâtre c'est : qui est sur scène ?

Où est-il en scène (Where is he on stage)? à quelle période est-il en scène ?

Qu'a-t-il fait auparavant (What did he do before)?

Que veut-il faire ? Il y a tout un ensemble d'éléments que l'auteur cherche à faire comprendre au spectateur mais il ne peut le faire comprendre qu'à travers la parole des personnages.

Donc il y a un phénomène qu'on appelle la « double énonciation théâtrale » qui constitue le fondement de l'art du théâtre : l'auteur s'adresse aux spectateurs mais à travers des personnages qui s'adressent l'un à l'autre.

S'adresser au spectateur c'est s'adresser à quelqu'un que l'on veut émouvoir (whom we want to move), séduire, éblouir (dazzle) et, pour la tragédie, à qui l'on veut faire peur et que l'on veut faire pleurer.

Le but de la tragédie comme le dit Aristote et comme le reprennent les théoriciens et les auteurs du XVIIe siècle c'est de « provoquer du plaisir en suscitant (by arousing) chez les spectateurs des émotions ».

Les émotions les plus violentes qui soient provoquent du plaisir : le plaisir de l'émotion.

Et donc pour cela il faut trouver un moyen d'utiliser la parole de façon persuasive.

Il y a un art depuis l'Antiquité qui a été théorisé par Aristote, encore lui, qui a écrit parallèlement la Poétique et la Rhétorique.

La rhétorique c'est l'art de persuader.

Évidemment c'est un art technique qui s'adresse avant tout aux orateurs, aussi bien les orateurs politiques que les orateurs judiciaires.

Mais il s'adresse aussi à tous ceux qui veulent provoquer des émotions dans un auditoire.

Or il se trouve qu'un auteur de théâtre de ce point de vue-là est dans la même position qu'un orateur puisqu'il cherche à provoquer des émotions dans un auditoire.

L'orateur politique ou judiciaire, il cherche à provoquer des émotions pour convaincre le spectateur alors que l'orateur poétique, le poète, il cherche en fait à convaincre le spectateur que ce qu'il voit est vrai (that he sees as true) pour provoquer des émotions.

Mais dans tous les cas c'est le même recours au même art ou à la même technique qu'on appelle la rhétorique qui est en jeu.

Il s'agit d'obéir aux différentes parties de la rhétorique une fois qu'on a inventé un sujet, qu'on a trouvé le caractère des personnages, l'identité des personnages, ce qu'on appelle l'invention.

Après il va falloir organiser la pièce (Afterwards we will have to organize the play), ce qu'on appelle la disposition et après il va falloir évidemment faire parler le personnage à travers ce qu'on appelle l'élocution.

Et tout cela, qui est au niveau de l'ensemble de la pièce, on le retrouve au niveau même des discours intérieurs, c'est-à-dire que lorsqu'un personnage parle, particulièrement lorsqu'il se lance dans une longue tirade pour convaincre l'autre personnage, là c'est évident que lorsqu'on parle à un autre personnage pour le convaincre que ce qu'on pense est vrai on a recours à toutes les techniques de la rhétorique mais même dans des monologues lorsqu'un personnage réfléchit sur son état et cherche à savoir quelle décision prendre, dans l'état lamentable dans lequel il est dans une tragédie, eh bien il va avoir recours à l'argumentation rhétorique.

C'est-à-dire que, cette tirade ou ce monologue dans lequel il donne l'impression de réfléchir, de se plaindre (to complain), de se lamenter en fait, quand on l'examine bien, il est structuré selon les règles de la rhétorique : il y a un exorde, c'est-à-dire une sorte d'entrée en matière dans laquelle on annonce la situation dans laquelle on est, le sujet que l'on va développer, puis une narration, puis ce qu'on appelle une confirmation, c'est-à-dire qu'on tire des arguments de la narration et de la situation générale pour convaincre soi ou bien autrui (to convince oneself or others) de ce qu'on est en train d'expliquer.

Quelquefois il y a une (Sometimes it is a) réfutation, on dit : « Oui, mais je prends cette décision mais, si je réfléchis autrement (it I think otherwise), je prends la décision inverse... » Donc, je répète : exorde, narration, confirmation (les arguments, les preuves), quelquefois réfutations (les contre-arguments, les contre-preuves) et enfin péroraison, c'est-à-dire la décision, l'appel à l'émotion, du juge lorsqu'il y a un juge, de l'auditeur lorsque c'est un personnage, de soi-même lorsque c'est un monologue dans lequel on s'encourage à agir.

C'est ainsi que l'on retrouve cette structuration, encore une fois dans la plupart des pièces de théâtre du XVIIe siècle, c'est-à-dire essentiellement dans les tragédies puisque les tragédies, mettant en scène des crimes (featuring crimes), des enjeux politiques (political issues), des enjeux passionnels, évidemment passent par une vaste entreprise de conviction, de délibération que ne connaît pas la comédie et c'est la raison pour laquelle la rhétorique c'est l'art de la tragédie.

Naissance du « théâtre moderne » en France
Permanence de tragédie jusqu'au 19ème siècle
Le théâtre régulier et les règles
Catharsis et tragédie
La re-renaissance de la tragédie
Tragédie régulière (classique) et tragi-comédie irrégulière ( baroque)
17ème siècle Paris et le théâtre public
Publics et adversaires du théâtre
Les conditions de représentation : les trois types de troupes
Déroulement d'une séance
L'architecture des salles de théâtre
L'architecture de la scène théâtrale
Le récit et les formes du texte de théâtre
Le contenu du texte: la rhétorique
L'art de la parole poétique