769
Lectures Watched
Since January 1, 2014
1300+ courses starting
in March 2017
Peruse my collection of 261
influential people of the past.
View My Class Notes via:
Receive My Class Notes via E-Mail:

VIEW ARCHIVE


Contact Me via E-Mail:
edward [at] tanguay.info
Notes on video lecture:
17ème siècle Paris et le théâtre public
Choose from these words to fill the blanks below:
lois, Passion, redevance, opéra, privilèges, vivier, interdits, campagne, Pâques, fixe, foires, confrérie, Jacques, religieux, ambulants, Orange, Bourgogne, paume, quarante, XVIIe, monopole, chrétien, verser, louée, 1630, surface, pédagogique, deuxième, fermées, scolaire, Ancien
le théâtre à la Renaissance
est un théâtre qui se joue dans des salles                             
va perdurer jusqu'au            siècle
Paris commence par disposer d'une première salle qui est une salle construite par une                                 
une confrérie religieuse comme il y en avait tant dans l'             Régime
les confrères de la               
une version du Mystère du Moyen Âge dans lequel on représente la Passion du Christ
ils avaient pour cela construit en 1548 une salle sur un ancien terrain qui s'appelait le terrain de l'Hôtel de                   
donc on a appelé cette salle la salle du Théâtre de l'Hôtel de Bourgogne
les confrères de la Passion avaient un                 
comme toujours dans l'Ancien Régime qui est un système de                                   
les Mystères et les Passions ont été                    par le Parlement de Paris dès l'année suivante, dès 1549
mais les          ne sont jamais appliquées directement
dans la deuxième moitié du XVIe siècle la salle n'a plus servi en fait qu'à être louée à des troupes de théâtre qui passaient par Paris
des comédiens                   
des comédiens de                  comme on disait au XVIIe siècle
il n'y avait aucune troupe          à Paris
s'ils ne voulaient pas jouer dans la salle ils étaient obligés de payer malgré tout une                    aux confrères
même s'ils jouaient encore une fois dans une autre salle
un              dans Paris de salles qui était constitué par les 500 ou 600 salles de jeu de paume
c'était un sport extrêmement populaire au XVIe et XVIIe siècle
entre 32 et 34 mètres de long pour une douzaine de mètres de large, ce qui était à peu près la surface du Théâtre de l'Hôtel de Bourgogne
on avait le même environnement et la même               
tout change en         
Richelieu oblige les confrères de la Passion à faire de leur salle une salle                         
ayant cassé ainsi le monopole des confrères
d'autres troupes de théâtre peuvent désormais venir à Paris sans              de redevance aux confrères
pouvoir s'installer à demeure, en concurrence s'ils le peuvent avec la troupe des Comédiens du Roi qui sont installés à l'Hôtel de Bourgogne
l'une des troupes les plus célèbres de l'époque
la troupe des Comédiens du prince d'            
se disputait la salle de l'Hôtel de Bourgogne avec la troupe des Comédiens du Roi
s'installe dans un jeu de           , à demeure, dès l'année 1630
s'installer en 1634 dans un jeu de paume de la rue Vieille du Temple qui s'appelle le jeu de paume du Marais et c'est ainsi que se crée la nouvelle salle
une troupe de comédiens italiens devient la                                troupe de comédiens du Roi
parce que le Roi a du coup une troupe de comédiens français et une troupe de comédiens italiens qui jouent en italien
ils s'installait dans le Petit-Bourbon dans cette salle que les comédiens italiens jouent des années                  à 1660
ils accueillent la troupe de Molière lorsqu'en 1658 Molière et ses compagnons s'installent à Paris et deviennent la troupe de Monsieur, frère unique du Roi
ils partagent la salle
les Italiens jouant les jours ordinaires de comédie: mardi, vendredi, dimanche
la nouvelle troupe de Molière jouant les jours extraordinaires, les quatre autres jours
les Italiens vont repartir deux ans chez eux
la troupe de Molière prend les jours ordinaires de comédie
le Théâtre du Petit-Bourbon est détruit
Molière est mort en 1673
le Marais et la troupe de Molière fusionnent, s'installent dans une nouvelle salle rue Guénégaud, qu'on appelle le Théâtre Guénégaud et c'est là qu'ils vont être rejoints par l'Hôtel de Bourgogne
-tous ensemble ils constituent la Comédie-Française qui s'installe donc rue Guénégaud et qui est assez nombreuse pour jouer désormais tous les jours de la semaine
il n'y a plus que deux troupes de comédiens; les comédiens français et les comédiens italiens
à côté de ça il y a depuis quelques années l'                        
le théâtre                 
se développe dans les collèges de l'université
particulièrement dans deux types de collèges tenus par des ordres                   
ont le théâtre comme pratique                                     
sont les jésuites et les oratoriens
on appelait autrefois la classe de rhétorique donc l'équivalent de la classe de première aujourd'hui
une pratique théâtrale qui consiste à une pièce sur un sujet saint, sur un sujet religieux, généralement l’histoire d'un martyr                               
une partie de la cour même vient assister de plus en plus dans la deuxième moitié du XVIIe siècle à ces spectacles créés par les jésuites dans leur collège, rue Saint-              
le théâtre qui pratiqué à l'occasion des grandes             
en particulier les deux foires parisiennes que sont la foire Saint-Germain qui commence le lendemain du Mardi gras et qui se termine le dimanche de la Passion, c'est-à-dire une semaine avant                         , et la foire Saint-Laurent qui se tient durant l'été

Flashcards:

pr. ils avaient
[eelzavay]
pr. une salle
[oona]
is intented to represent
a vocation à être représenté
which is set up
qui se met en place
which lasted until the seventeeth century
qui va perdurer jusqu'au XVIIe siècle
as there were so many in the Old Regime
comme il y en avait tant dans l'Ancien Régime
the following year
dès l'année suivante
rented to troops
louée à des troupes
for which it was obviously necessary to make some adjustments
pour lequel il fallait évidemment faire quelques aménagements
can now come to Paris
peuvent désormais venir à Paris
without paying royalties to the brothers
sans verser de redevance aux confrères
and settle permanently
et s'installer à demeure
And that is how, right after
Et c'est ainsi que, tout de suite après
permanently
à demeure
will move
va déménager
they welcome
ils accueillent
henceforth
désormais
run by religious orders
tenus par des ordres religieux
establish
instituent
formerly
autrefois
is interspersed with music
est entrecoupé de musique
sometimes
quelquefois
it embeds
il enchâsse
the second half
la deuxième moitié
which is held during the summer
qui se tient durant l'été
sheltered
abritée
pranksters
farceurs
And it came to be that in the end
Et c'est ainsi qu'à la fin
a major player
un acteur incontournable

Enhanced Transcription:

Le théâtre, comme son nom l'indique, a vocation à être représenté (is intented to represent) devant du public, dans des salles ou bien dans des théâtres ouverts mais le théâtre qui se met en place (which is set up) à la Renaissance et qui va perdurer jusqu'au XVIIe siècle (which lasted until the seventeeth century) est un théâtre qui se joue dans des salles fermées.

Il se trouve que Paris commence par disposer d'une première salle (began by having its first room) qui est une salle construite par une confrérie (a brotherhood), une confrérie religieuse comme il y en avait tant dans l'Ancien Régime (as there were so many in the Old Regime), qui s'appelle les confrères de la Passion.

Comme leur nom l'indique, ces confrères s'étaient réunis pour créer, représenter des Passions, c'est-à-dire une version du Mystère du Moyen Âge dans lequel on représente la Passion du Christ.

Ils avaient pour cela construit en 1548 une salle sur un ancien terrain qui s'appelait le terrain de l'Hôtel de Bourgogne et donc on a appelé cette salle la salle du Théâtre de l'Hôtel de Bourgogne.

Dans un premier temps les confrères de la Passion avaient un monopole, comme toujours dans l'Ancien Régime qui est un système de privilèges.

Ils avaient le privilège du théâtre, ils avaient donc le monopole du théâtre à Paris.

Comme les Mystères et les Passions ont été interdits par le Parlement de Paris dès l'année suivante (the following year), dès 1549, évidemment ils ont continué – comme on le sait bien, en France c'est toujours comme ça, les lois ne sont jamais appliquées directement – à jouer pendant quelque temps des Mystères et des Passions dans leur salle mais assez tôt, dans la deuxième moitié du XVIe siècle la salle n'a plus servi en fait qu'à être louée à des troupes (rented to troops) de théâtre qui passaient par Paris, des comédiens ambulants, des comédiens de campagne comme on disait au XVIIe siècle puisqu'il n'y avait aucune troupe fixe à Paris, qui passaient par Paris et qui donc jouaient dans cette salle de l'Hôtel de Bourgogne.

S'ils ne voulaient pas jouer dans la salle ils étaient obligés de payer malgré tout une redevance aux confrères (still pay a fee to the brotherhood), même s'ils jouaient encore une fois dans une autre salle.

Il arrivait donc souvent qu'ils jouent dans une autre salle.

Il y avait donc un vivier (a pool) dans Paris de salles qui était constitué par les 500 ou 600 salles de jeu de paume (racketball) puisque c'était un sport extrêmement populaire au XVIe et encore un peu au XVIIe siècle.

C'est un sport qui s'éteint au XVIIIe siècle (dies out in the 18th century), 500 à 600 salles qui avaient la même surface, entre 32 et 34 mètres de long pour une douzaine de mètres de large, ce qui était à peu près la surface du Théâtre de l'Hôtel de Bourgogne.

Donc pour les comédiens, qu'ils jouent dans la salle de théâtre ou bien qu'ils jouent dans un jeu de paume pour lequel il fallait évidemment faire quelques aménagements (for which it was obviously necessary to make some adjustments), ne serait-ce qu'une scène, des rangs de loges qu'on construisait, mais malgré tout c'était à peu près le même type de spectacles puisqu'on avait le même environnement et la même surface.

Tout change en 1630 lorsque Richelieu oblige les confrères de la Passion à faire de leur salle une salle louée à l'année à la principale des troupes qui passent par Paris qui est la troupe des Comédiens du Roi.

Parce que, ayant cassé ainsi le monopole des confrères (having broken the monopoly of the brothers), d'autres troupes de théâtre peuvent désormais venir à Paris (can now come to Paris) sans verser de redevance aux confrères (without paying royalties to the brothers) et s'installer à demeure (and settle permanently), en concurrence s'ils le peuvent (in competition if they could) avec la troupe des Comédiens du Roi qui sont installés à l'Hôtel de Bourgogne.

Et c'est ainsi que, tout de suite après (And that is how, right after), l'une des troupes les plus célèbres de l'époque qui s'appelle la troupe des Comédiens du prince d'Orange (parce que les grands princes, même étrangers, même hollandais, même allemands, avaient déjà des troupes de comédiens français) qui se disputait (arguing) la salle de l'Hôtel de Bourgogne avec la troupe des Comédiens du Roi, s'installe dans un jeu de paume, à demeure (permanently), dès l'année 1630.

Dans les mois qui vont suivre elle va déménager (will move) une première fois, puis une deuxième fois, puis une troisième fois et finit par s'installer en 1634 dans un jeu de paume de la rue Vieille du Temple qui s'appelle le jeu de paume du Marais et c'est ainsi que se crée la nouvelle salle.

D'un côté l'Hôtel de Bourgogne, rue Mauconseil dans le quartier des Halles, et la deuxième salle, rue Vieille du Temple, s'appelle le Théâtre du Marais.

Et puis il va y avoir une troisième salle qui va se créer dans les années 1640, avec l'arrivée à Paris d'une troupe de comédiens italiens qui devient la deuxième troupe de comédiens du Roi parce que le Roi a du coup une troupe de comédiens français et une troupe de comédiens italiens qui jouent en italien.

À cette troupe, on donne des bâtiments royaux pour jouer qui est une salle qui se trouve devant le Louvre, sur l'actuelle esplanade du Louvre, donc à l'arrière du Louvre, qui s'appelle le Petit-Bourbon et c'est dans cette salle que les comédiens italiens jouent des années quarante à 1660.

C'est là qu'ils accueillent (they welcome) la troupe de Molière lorsqu'en 1658 Molière et ses compagnons s'installent à Paris et deviennent la troupe de Monsieur, frère unique du Roi.

Ils partagent la salle.

Les uns, les Italiens, jouant les jours ordinaires de comédie, mardi, vendredi, dimanche, et la nouvelle troupe de Molière qui s'installe là jouant les jours extraordinaires, c'est-à-dire les quatre autres jours.

Et puis les Italiens vont repartir deux ans chez eux, la troupe de Molière prend les jours ordinaires de comédie, le Théâtre du Petit-Bourbon est détruit, on leur donne la salle du Palais-Royal qui est aussi un bâtiment public, l'ancienne salle du cardinal de Richelieu et cette répartition entre trois salles de comédiens français : l'Hôtel de Bourgogne, le Marais, le Palais-Royal, continue jusqu'à la mort de Molière en 1673 où le Marais et la troupe de Molière fusionnent, s'installent dans une nouvelle salle rue Guénégaud, qu'on appelle le Théâtre Guénégaud et c'est là qu'ils vont être rejoints par l'Hôtel de Bourgogne.

Donc les deux troupes qui avaient fusionné, fusionnent désormais (henceforth) avec l'autre troupe de comédiens français qui restait et, tous ensemble, constituent la Comédie-Française qui s'installe donc rue Guénégaud et qui est assez nombreuse pour jouer désormais tous les jours de la semaine.

À ce moment-là quelque chose change, il n'y a plus que deux troupes de comédiens : 1. Les comédiens français ; 2. Les comédiens italiens.

Et à côté de ça il y a depuis quelques années l'opéra.

À côté du théâtre public il y a un théâtre qui est extrêmement vivace qui est le théâtre scolaire.

Ce théâtre scolaire est un théâtre qui se développe, son nom l'indique, dans les collèges de l'université et particulièrement dans deux types de collèges tenus par des ordres religieux (run by religious orders) qui ont le théâtre comme pratique pédagogique, qui sont les jésuites et les oratoriens.

Particulièrement les jésuites qui instituent (establish) chaque année pour la classe de première, ce qu'on appelait autrefois (formerly) la classe de rhétorique donc l'équivalent de la classe de première aujourd'hui, une pratique théâtrale qui consiste à faire écrire par leur régent, c'est-à-dire leur professeur, une pièce sur un sujet saint (a healthy person?), sur un sujet religieux, généralement l’histoire d'un martyr chrétien.

Ils la répètent tout au long de l'année et ça donne un spectacle en grande pompe le jour de la remise des prix, à la fin de l'année scolaire.

Chaque année cela se reproduit et ça devient tellement un moment de la vie sociale parisienne que ce spectacle, bien souvent, est entrecoupé de musique (is interspersed with music).

Il a même quelquefois des splendides machineries, quelquefois (sometimes) il enchâsse (it embeds) même des pièces en latin, ça devient quasiment une après-midi entière consacrée au théâtre et c'est un des grands moments, je le répète, de la vie sociale parisienne.

Une partie de la cour même vient assister de plus en plus dans la deuxième moitié (the second half) du XVIIe siècle à ces spectacles créés par les jésuites dans leur collège, rue Saint-Jacques.

Le collège qui s'appelle collège de Clermont et qui va devenir le collège Louis-le-Grand à partir de 1682.

Il est connu aujourd'hui comme le lycée Louis-le-Grand.

Mais j'insiste sur le fait que c'est la partie émergée de l'iceberg puisqu'une grande partie des pratiques scolaires passent par le théâtre sur le modèle de ce que font les jésuites.

Et puis il y a une autre forme de théâtre qu'est le théâtre de rue, le théâtre populaire qui est moins fréquemment joué dans les rues que l'on pense.

Il y a des tréteaux (saw horses) sur le Pont-Neuf, à l'entrée de la place Dauphine mais c'est surtout un théâtre qui, au XVIIe siècle, est pratiqué à l'occasion des grandes foires (major fairs), en particulier les deux foires parisiennes que sont la foire Saint-Germain qui commence le lendemain du Mardi gras et qui se termine le dimanche de la Passion, c'est-à-dire une semaine avant Pâques, et la foire Saint-Laurent qui se tient durant l'été (which is held during the summer).

Et dans ces foires et particulièrement la plus importante qu'est la foire saint-Germain, parce qu'elle est abritée (sheltered), parce qu'elle est construite dans un enclos spécifique qui est aujourd'hui occupé en partie par le marché Saint-Germain, donc dans le quartier de l'abbaye de Saint-Germain-des-Près et donc il y a ce qu'on appelle des loges qui sont des sortes de boutiques, des maisons avec boutiques et, parmi ces loges il y en a quelques unes qui sont tenues par des farceurs (pranksters), des baladins, par des jongleurs, etc.

Et c'est ainsi qu'à la fin (And it came to be that in the end) du XVIIe siècle, au moment où le théâtre français devient l'objet d'une scène unique à Paris, la Comédie-Française, eh bien le théâtre populaire de la foire monte en puissance et va devenir un acteur incontournable (a major player) du théâtre au XVIIIe siècle.

Naissance du « théâtre moderne » en France
Permanence de tragédie jusqu'au 19ème siècle
Le théâtre régulier et les règles
Catharsis et tragédie
La re-renaissance de la tragédie
Tragédie régulière (classique) et tragi-comédie irrégulière ( baroque)
17ème siècle Paris et le théâtre public
Publics et adversaires du théâtre
Les conditions de représentation : les trois types de troupes
Déroulement d'une séance
L'architecture des salles de théâtre