798
Lectures Watched
Since January 1, 2014
1500+ courses starting
in May 2017
Peruse my collection of 264
influential people of the past.
View My Class Notes via:
Receive My Class Notes via E-Mail:

VIEW ARCHIVE


Contact Me via E-Mail:
edward [at] tanguay.info
Notes on video lecture:
La re-renaissance de la tragédie
Choose from these words to fill the blanks below:
Mairet, file, comédies, tombeau, lieu, obéissant, supprimer, originales, accélère, 1630, possible, lendemain, réveille, dénouement, deux, Grecs, rompe, femmes, ennemi, trêve, châtier, soldat, trahie, époux, frère, échapper, clémence, assassinat, enfants, XVIe, Jodelle, maîtrisée, Cinna, même, enjeu, fin, déroulé, abandonné, Oreste, défaite
la nouvelle tragédie est écrite par ces mêmes auteurs qui ont commencé leur carrière par des tragi-                              
une tragédie                                             
une tragédie qui contient de l'action tout en                                  à la concentration nécessitée par l'obéissance à la règle des vingt-quatre heures
il suffit de comparer          oeuvres
1. Cléopâtre captive, de               
a première de toutes les tragédies françaises                     
est lancé le genre de la tragédie en France au milieu du          siècle
quand la pièce commence tout est déjà commencé
Antoine, le nouvel                          de Cléopâtre, le général romain, est déjà mort
il s'est suicidé parce qu'il a été                                  par ses troupes et que donc il n'a plus d'autre choix, pour sauver son honneur, que de mourir
Cléopâtre est déjà enfermée dans son                et elle fait hisser le corps d'Antoine dans son tombeau et on attend plus que l'arrivée des Romains menés par l'Empereur Octave Auguste
la pièce commence, Cléopâtre se                                après avoir vu l'ombre d'Antoine qui lui a parlé et qui lui a dit qu'il vient de mourir et qu'elle n'a plus d'autre choix que de mourir, est comment Cléopâtre va-t-elle sauver sa liberté
comment Cléopâtre va-t-elle                                aux Romains qui veulent l'emmener à Rome figurer au triomphe, marcher derrière le char du vainqueur selon les habitudes romaines lors du triomphe
Cléopâtre captive qui réussit, comme l'histoire le raconte, à se faire piquer par un serpent, caché dans un couffin de figues, et qui ainsi peut mourir
et le dernier acte de la pièce est consacré aux lamentations des jeunes              qui sont ses suivantes qui l'entourent
2. Le Marc Antoine ou la Cléopâtre, de Jean             
Jean Mairet était l'un des chefs de          de cette nouvelle génération des années trente
c'est le même sujet
c'est très instructif de comparer les deux histoires
quand la pièce commence Antoine n'est pas encore mort
la dernière bataille n'a pas encore eu         
on espère, entre l'acte II et l'acte III, qu'elle n'aura pas lieu
puisque arrive un             
une femme déguisée en soldat
Octavie, la première femme d'Antoine
la soeur de son              Octave Auguste
qui passe entre les lignes romaines pour venir lui dire: Fais la paix avec mon                         
la condition de la paix c'est qu'il            avec Cléopâtre
mais Antoine est amoureux fou de Cléopâtre, il a deux                avec elle, il ne va pas rompre avec elle
donc Octavie repart et la bataille aura lieu le                   
au troisième acte seulement qu'Antoine se réveille et découvre qu'il a été abandonné par son armée, qu'il va se tuer
Mairet a réussi à faire tenir en vingt-quatre heures un véritable                                            d'actions
un enchaînement d'actions et non seulement un enchaînement d'actions mais à tout moment jusqu'au troisième acte on croit que tout est                 
bien sûr le destin est le                     
la pièce va se terminer de la même manière
par la mort de Cléopâtre mais on voit bien comment une nouvelle génération écrit désormais la tragédie
elle est passée par la tragi-comédie
la tragi-comédie c'est un genre narratif qui raconte les événements depuis un début jusqu'à leur       
et là on s'efforce de prendre les événements au début, à la veille de la dernière bataille, et à enchaîner les événements jusqu'à la fin
telle est cette nouvelle tragédie qui procure un plaisir aux spectateurs, qui leur permet d'accepter la                              progressive de la tragi-comédie et la disparition progressive de la tragi-comédie
Corneille
la disparition de la tragi-comédie
ce qui                                              la disparition de la tragi-comédie ce sont les mutations de la tragédie elle-même et l'un des acteurs principaux de ces mutations c'est Corneille
Horace
la déroule des événements comme dans Le Marc-Antoine ou la Cléopâtre
il commence lors d'une                        entre les deux cités ennemies qui décident de trois champions qui vont se battre contre trois autres champions qui ensuite, après la victoire des champions, montre le vainqueur unique, Horace, qui revient à Rome qui tue sa soeur
ensuite, après l'                     de sa soeur, il y a un procès dans lequel Horace est absous finalement
tant d'événements en quelques heures : c'est la caractéristique de la nouvelle tragédie
Cinna
on se rend compte que tout est concentré en quelques heures
Corneille ne raconte que les derniers événements qui se sont passés avant le dénouement
il invente une nouvelle manière d'écrire qui est concentrée sur le                                    et à partir duquel il va reconstruire à rebours, en retournant vers le début, une action
l'histoire de            lui donne juste le dénouement : Auguste apprend qu'une conspiration a lieu contre lui
il veut châtier les conspirateurs
il les convoque
il se prépare à les                           
il leur pardonne parce que, devenu roi, empereur légitime plus exactement, la plus haute vertu des rois et des empereurs c'est la                               
mais à Corneille il lui fallait construire des questions : pourquoi la conspiration est-elle             
par quelle haine entre des conspirateurs la conspiration a-t-elle pu être trahie
quel est l'enjeu passionnel qui a fait que deux conspirateurs parmi les chefs se sont disputés au point que l'un des deux trahisse l'autre
quel est l'           passionnel dans une tragédie qui est, comme les tragi-comédies, animée par des passions amoureuses
à l'origine il y a une femme
Corneille invente une femme et on voit ainsi qu'il invente une nouvelle manière d'écrire la tragédie qui est un peu comme celle des           , c'est-à-dire fondée sur le dénouement
il remarquera lui-même plus tard que le sujet d'électre et d'             se dénoue toujours de la même manière mais qu'il a été raconté de façon différente, aussi bien par Eschyle que par Euripide et que par Sophocle
il invente, premièrement, une nouvelle manière d'écrire la tragédie
il invente quelque chose qui va définitivement                    toute spécificité à la tragi-comédie
c'est le dénouement nuptial puisque Auguste gracie, au nom de la clémence, le couple qui avait comploté contre lui, Cinna et Émilie, mais non seulement il les gracie mais il les marie
le mariage, élément structurel de la comédie, était devenu l'élément structurel de la tragi-comédie et voilà que désormais il peut passer dans la tragédie sans que la tragédie cesse d'être une tragi-comédie
Corneille lui-même qui avait écrit une première tragi-comédie en         , qui s'appelle Clitandre
1637: Le Cid
l'une et l'autre vont devenir des tragédies
la tragi-comédie n'existe tellement plus à ses yeux que ses deux tragi-comédies il ne les appelle plus tragi-comédies mais tragédies

Flashcards:

a controlled tragedy
une tragédie maîtrisée
one of the leaders of
l'un des chefs de file de
the new husband
le nouvel époux
enclosed in her tomb
enfermée dans son tombeau
hoist the body
hisser le corps
led by the Emperor
menés par l'Empereur
since when the piece begins
puisque quand la pièce commence
wakes up after seeing the shadow
se réveille après avoir vu l'ombre
he just died
qu'il vient de mourir
who want to take her to Rome
qui veulent l'emmener à Rome
the chariot of the victor
le char du vainqueur
to being bitten by a snake
à se faire piquer par un serpent
has not yet taken place
n'a pas encore eu lieu
it will not take place
qu'elle n'aura pas lieu
the next day
le lendemain
wakes up
se réveille
So what we want to remember about that
Donc ce qu'il faut retenir de ça
to hold
tenir
a sequence of actions
un enchaînement d'actions
henceforth
désormais
endeavors to take
s'efforce de prendre
on the eve of the last battle
à la veille de la dernière bataille
chaining events
à enchaîner les événements
a truce
une trêve
Horace is finally acquitted
Horace est absous finalement
So many events within a few hours
Tant d'événements en quelques heures
you realize that
on se rend compte que
outcome
le dénouement
and from which it will rebuild backwards
et à partir duquel il va reconstruire à rebours
He wants to punish the conspirators
Il veut châtier les conspirateurs
He summons them
Il les convoque
He's preparing to punish them
Il se prépare à les châtier
hatred
haine
one betrays the other
l'un des deux trahisse l'autre
it will wither and disappear
elle va s'étioler et disparaître
will become tragedies
vont devenir des tragédies

Enhanced Transcription:

La nouvelle tragédie, donc, est écrite par ces mêmes auteurs qui ont commencé leur carrière par des tragi-comédies et, ce qui est remarquable, c'est que ça se sent justement (is that it happens to feel that way?).

C'est ça qui produit une tragédie maîtrisée (a controlled tragedy), c'est-à-dire une tragédie qui contient de l'action tout en obéissant à la concentration nécessitée par l'obéissance à la règle des vingt-quatre heures.

Pour comprendre ce phénomène extraordinaire il suffit de comparer deux oeuvres.

Je vais les raconter très rapidement.

La première c'est Cléopâtre captive de Jodelle, la première de toutes les tragédies françaises originales, celle qui lance le genre de la tragédie en France au milieu du XVIe siècle.

Et la deuxième c'est une pièce écrite par l'un des chefs de file de (one of the leaders of) cette nouvelle génération des années trente qui s'appelle Jean Mairet qui, après avoir écrit La Sophonisbe qui a relancé la tragédie régulière en 1634, écrit un an plus tard, une deuxième tragédie régulière qui s'appelle Le Marc Antoine ou la Cléopâtre.

C'est le même sujet mais c'est très instructif de comparer les deux histoires parce que, dans la première, chez Jodelle, quand la pièce commence tout est déjà commencé.

Je m'explique : Antoine, le nouvel époux (the new husband) de Cléopâtre, le général romain, est déjà mort.

Il s'est suicidé parce qu'il a été abandonné par ses troupes et que donc il n'a plus d'autre choix, pour sauver son honneur, que de mourir.

Cléopâtre est déjà enfermée dans son tombeau (enclosed in her tomb) et elle fait hisser le corps (hoist the body) d'Antoine dans son tombeau et on attend plus que l'arrivée des Romains (des Romains de Rome) menés par l'Empereur (led by the Emperor) Octave Auguste.

Une partie de la pièce ou plus exactement le sujet de la pièce, puisque quand la pièce commence (since when the piece begins) Cléopâtre se réveille après avoir vu l'ombre (wakes up after seeing the shadow) d'Antoine qui lui a parlé et qui lui a dit qu'il vient de mourir (he just died) et qu'elle n'a plus d'autre choix que de mourir, est : comment Cléopâtre va-t-elle sauver sa liberté ?

Et sauver sa liberté quand on est prisonnier et qu'on est une reine ça veut dire mourir (which means dying?).

Comment Cléopâtre va-t-elle échapper aux Romains qui veulent l'emmener à Rome (who want to take her to Rome) figurer au triomphe, marcher derrière le char du vainqueur (the chariot of the victor) selon les habitudes romaines lors du triomphe ?

Telle est l'histoire de la Cléopâtre captive.

Cléopâtre captive qui réussit, comme l'histoire le raconte, à se faire piquer par un serpent (to being bitten by a snake), caché dans un couffin de figues, et qui ainsi peut mourir.

Et le dernier acte de la pièce est consacré aux lamentations des jeunes femmes qui sont ses suivantes qui l'entourent (which were following around?).

Quand on regarde Le Marc-Antoine, ou la Cléopâtre de Mairet on découvre que quand la pièce commence Antoine n'est pas encore mort.

Non seulement il n'est pas encore mort mais la dernière bataille n'a pas encore eu lieu (has not yet taken place).

Et non seulement la dernière bataille n'a pas encore eu lieu mais on espère, entre l'acte II et l'acte III, qu'elle n'aura pas lieu (it will not take place) puisque arrive un soldat, ou plus exactement une femme déguisée en soldat, ou plus exactement Octavie, la première femme d'Antoine, la sœur de son ennemi Octave Auguste, qui passe entre les lignes romaines pour venir dans la tente d'Antoine lui dire : « Fais la paix avec mon frère ».

Évidemment la condition de la paix c'est qu'il rompe avec (that he break up with) Cléopâtre.

Antoine est amoureux fou de Cléopâtre, il a deux enfants avec elle, il ne va pas rompre avec elle.

Donc Octavie repart et la bataille aura lieu le lendemain (the next day).

Et c'est au troisième acte seulement qu'Antoine se réveille (wakes up) et découvre qu'il a été abandonné par son armée, qu'il va se tuer (that he is going to kill?).

Et on retrouve ce qui avait été raconté par Jodelle à ce moment-là.

Donc ce qu'il faut retenir de ça (So what we want to remember about that) c'est que Mairet a réussi à faire tenir (to hold) en vingt-quatre heures un véritable déroulé d'actions, un enchaînement d'actions et non seulement un enchaînement d'actions (a sequence of actions) mais à tout moment jusqu'au troisième acte on croit que tout est possible.

Quand la pièce commence rien n'est joué encore puisque Antoine n'est pas mort, que la dernière bataille n'a pas encore eu lieu et même quand Octavie arrive on croit que le destin peut changer.

Bien sûr le destin est le même, la pièce va se terminer de la même manière, par la mort de Cléopâtre mais on voit bien comment une nouvelle génération écrit désormais (henceforth) la tragédie.

Elle est passée par la tragi-comédie, la tragi-comédie c'est un genre narratif qui raconte les événements depuis un début jusqu'à leur fin.

Et là on s'efforce de prendre (endeavors to take) les événements au début, à la veille de la dernière bataille (on the eve of the last battle), et à enchaîner les événements (chaining events) jusqu'à la fin.

Telle est cette nouvelle tragédie qui procure un plaisir aux spectateurs, qui leur permet d'accepter la défaite progressive de la tragi-comédie et la disparition progressive de la tragi-comédie.

Ce qui accélère la disparition de la tragi-comédie ce sont les mutations de la tragédie elle-même et l'un des acteurs principaux de ces mutations c'est Corneille.

Il est intéressant d'observer qu'il passe, en 1640, d'une tragédie qui s'appelle Horace, qui déroule des événements comme dans Le Marc-Antoine ou la Cléopâtre, c'est-à-dire qu'il commence lors d'une trêve (a truce) entre les deux cités ennemies qui décident de trois champions qui vont se battre contre trois autres champions qui ensuite, après la victoire des champions, montre le vainqueur unique, Horace, qui revient à Rome qui tue sa sœur.

Ensuite, après l'assassinat de sa sœur, il y a un procès dans lequel Horace est absous finalement (Horace is finally acquitted).

Tant d'événements en quelques heures (So many events within a few hours) : c'est la caractéristique de la nouvelle tragédie.

Et puis l'année suivante Corneille écrit une nouvelle tragédie qui s'appelle Cinna et là on se rend compte que (you realize that) tout est concentré en quelques heures et que Corneille ne raconte que les derniers événements qui se sont passés avant le dénouement (outcome).

Il invente une nouvelle manière d'écrire qui est concentrée sur le dénouement et à partir duquel il va reconstruire à rebours (and from which it will rebuild backwards), en retournant vers le début, une action.

L'histoire de Cinna lui donne juste le dénouement : Auguste apprend qu'une conspiration a lieu contre lui (learns that a conspiracy is being held against him).

Il veut châtier les conspirateurs (He wants to punish the conspirators).

Il les convoque (He summons them).

Il se prépare à les châtier (He's preparing to punish them).

Il leur pardonne parce que, devenu roi, empereur légitime plus exactement, la plus haute vertu des rois et des empereurs c'est la clémence.

Mais à Corneille il lui fallait construire des questions : pourquoi la conspiration est-elle trahie (betray) ?

Par quelle haine (hatred) entre des conspirateurs la conspiration a-t-elle pu être trahie ?

Quel est l'enjeu (What is the issue) passionnel qui a fait que deux conspirateurs parmi les chefs se sont disputés au point que l'un des deux trahisse l'autre (one betrays the other) ?

Quel est l'enjeu passionnel dans une tragédie qui est, comme les tragi-comédies, animée par des passions amoureuses ?

Eh bien, à l'origine il y a une femme.

Corneille invente une femme et on voit ainsi qu'il invente une nouvelle manière d'écrire la tragédie qui est un peu comme celle des Grecs, c'est-à-dire fondée sur le dénouement.

Il remarquera lui-même plus tard que le sujet d'électre et d'Oreste se dénoue toujours de la même manière mais qu'il a été raconté de façon différente, aussi bien par Eschyle que par Euripide et que par Sophocle.

Ce qui compte, la donnée intangible c'est le dénouement.

Donc il invente, premièrement, une nouvelle manière d'écrire la tragédie mais surtout il invente dans la même pièce, Cinna, quelque chose qui va définitivement supprimer toute spécificité à la tragi-comédie, c'est le dénouement nuptial puisque Auguste gracie, au nom de la clémence, le couple qui avait comploté contre lui, Cinna et Émilie, mais non seulement il les gracie mais il les marie.

Or le mariage, élément structurel de la comédie, était devenu l'élément structurel de la tragi-comédie et voilà que désormais il peut passer dans la tragédie sans que la tragédie cesse d'être une tragi-comédie.

La question c'est, quand on voit la puissance de concentration que peut acquérir la tragédie avec ce nouveau mode d'écriture de Corneille et quand on voit qu'en outre ce nouveau genre-là, ainsi concentré, ainsi aussi puissant, peut se dérouler de façon nuptiale il ne reste rien comme trait saillant à la tragi-comédie et progressivement elle va s'étioler et disparaître (it will wither and disappear).

Et Corneille lui-même qui avait écrit une première tragi-comédie en 1630, qui s'appelle Clitandre, qui triomphe, qui devient la plus grande vedette de son temps avec la deuxième tragi-comédie qu'il écrit, Le Cid, en 1637, va rebaptiser ses propres pièces quelques années plus tard, lorsqu'il va publier la première édition collective de son théâtre.

L'une et l'autre vont devenir des tragédies (will become tragedies). Le genre de la tragi-comédie n'existe tellement plus à ses yeux que ses deux tragi-comédies il ne les appelle plus tragi-comédies mais tragédies.

Naissance du « théâtre moderne » en France
Permanence de tragédie jusqu'au 19ème siècle
Le théâtre régulier et les règles
Catharsis et tragédie
La re-renaissance de la tragédie
Tragédie régulière (classique) et tragi-comédie irrégulière ( baroque)
17ème siècle Paris et le théâtre public
Publics et adversaires du théâtre
Les conditions de représentation : les trois types de troupes
Déroulement d'une séance
L'architecture des salles de théâtre