912
Lectures Watched
Since January 1, 2014
2400+ courses starting
in Feb-Mar 2019
Peruse my collection of 275
influential people of the past.
View My Class Notes via:
Receive My Class Notes via E-Mail:

VIEW ARCHIVE


Contact Me via E-Mail:
edward [at] tanguay.info
Notes on video lecture:
La critique philosophique du christianisme
Choose from these words to fill the blanks below:
courant, Tyr, justifier, âme, iie, purifier, hégémonique, Plotin, Persécution, Julien, recherche, communs, 305, scène, Hermopolis, aristotéliciens, oiseaux, union, Moïse, Dieu, gnostiques, antichrétiens, contrecarrer, néoplatoniciens, maître, quatre, théologique, 17, fragments, hellénisme, christianisme, pourquoi, concurrence
la critique philosophique du                           
les Actes des apôtres, au chapitre     
Paul, de passage à Athènes, est interpellé par des philosophes stoïciens et épicuriens qui lui demandent de                    les idées qu'il professe
c'est la première fois dans la littérature la mise en                          d'une confrontation entre le chrétien et les philosophes
             philosophes composaient des traités contre les chrétiens
Celse (       siècle)
un platonicien, qui écrit un Discours vrai, ou Discours véritable vers 178
"Dans ces derniers temps, les chrétiens ont trouvé parmi les juifs un nouveau                      qui les a séduits mieux encore. Il passe auprès d’eux pour le fils de Dieu et il est l'auteur de leur nouvelle doctrine. On sait comment il a fini. Vivant, il n'avait rien pu faire pour lui-même ; mort, dites-vous, il ressuscita et montra les trous de ses mains. Mais qui a vu tout cela?"
Porphyre de        (234-310)
connu pour avoir été le disciple de             
compose un traité en 15 livres contre les chrétiens, entre 270 et        environ
édité les écrits de Plotin, les Ennéade
rédigé après la mort de son maître une Vie de Plotin (vers 301), que nous pouvons lire encore aujourd'hui
Hiéroclès (iie siècle)
connu pour avoir écrit un traité intitulé Éléments d'éthique (Ήθικὴ στοιχείωσις), dont une partie a été découverte sur un fragment de papyrus à                      en 1901
ce fragment de 300 lignes traite de la perception de soi, et avance que tous les               , reptiles et mammifères se perçoivent eux-mêmes continument dès le moment de leur naissance
philosophe et gouverneur de Bithynie au début de la Grande                                      (303-305)
écrit un ouvrage intitulé Philalèthe, "l'Ami de la vérité"
Empereur              (331-363)
en 362 enfin, lors d'une campagne contre les Perses, compose à Antioche "Contre les Galiléens", qui s'inscrit dans sa tentative de restauration de l'                                  
le text est tous perdu
il n'est été conservés que dans des                    cités par les auteurs chrétiens qui les réfutent
on dispose même d'un édit de 448 qui condamne au feu le traité de Porphyre
le néoplatonisme
les trois derniers sont même des                                             
apparu au IIIe siècle avec Plotin
va devenir assez vite                                                   
après le IIIe siècle, il n'y a plus ni stoïcien, ni épicurien, ni sceptique
intègre des éléments stoïciens et                                             
tous les grands philosophes que nous connaissons à partir du IVe siècle sont des néoplatoniciens
il n'est donc pas étonnant que les traités                                          émanent de ce courant majoritaire
le fait que les néoplatoniciens écrivent contre le christianisme est lié davantage aux spécificités doctrinales de ce                philosophique
Plotin propose une nouvelle interprétation de la pensée de Platon, qu'il comprend d'une manière                                     
ce qui importe à Plotin et aux néoplatoniciens, c'est de retrouver dans l'oeuvre de Platon les éléments d'une doctrine sur         
la philosophie est pour eux une                    de Dieu
son but est de permettre à l'                   de s'unir avec le principe divin
il y a donc des points                importants entre les néoplatoniciens et les chrétiens
la théologie néoplatonicienne est fondée, comme la théologie chrétienne, sur une recherche d'           avec Dieu
cette union est opérée, dans les deux cas, par une ascèse qui consiste à                  son âme et à se déprendre des passions et plus largement de toutes les contraintes liées au corps
on peut dire qu'il y a, d'une certaine façon, une situation de                        entre les néoplatoniciens et les chrétiens
des raisons plus directes et plus concrètes qui pourraient expliquer la composition des traités contre les chrétiens
                 finalement écrire contre le christianisme
on sait grâce à la Vie de Plotin composée par Porphyre en 301 que des chrétiens assistaient aux cours de son                         
Plotin aurait demandé à Porphyre de réfuter des ouvrages utilisés par les chrétiens                     
les traités antichrétiens composés par les philosophes avaient pour but de                          l'attraction que pouvait représenter le christianisme dans la société
et dans les cercles et les écoles philosophiques

Flashcards:

already arrested
déjà interpellé
the production
la mise en scène
It's hard to date
On a du mal à le dater
which is part of his attempt to restore Hellenism
qui s'inscrit dans sa tentative de restauration de l'hellénisme
We even have an edict
On dispose même d'un édit
free itself from passions
se déprendre des passions
although we do not know for certain the reasons for its composition
quoiqu'on ne connaisse pas avec certitude les raisons de sa composition
thwart
contrecarrer

Enhanced Transcription:

Après ce panorama général de la philosophie grecque je voudrais qu'on aborde plus précisément la question de la critique philosophique du christianisme.

J'ai déjà parlé précédemment des accusations « populaires » qui circulaient contre les chrétiens.

On les accusait de pratiquer l'inceste, le meurtre rituel, ou encore l'anthropophagie.

Il existe à côté de ces accusations populaires des critiques qui émanent des philosophes.

Dans les Actes des apôtres, au chapitre 17, Paul, de passage à Athènes, est déjà interpellé (already arrested) par des philosophes stoïciens et épicuriens qui lui demandent de justifier les idées qu'il professe.

On a là pour la première fois dans la littérature la mise en scène (the production) d'une confrontation entre le chrétien et les philosophes.

Par la suite, quatre philosophes au moins composeront des traités contre les chrétiens.

Le premier est Celse, qui est un platonicien, qui écrit un Discours vrai, ou Discours véritable (Alethes logos) vers 178.

Le second est Porphyre, qui compose un traité en 15 livres contre les chrétiens, entre 270 et 305 environ.

On a du mal à le dater (It's hard to date).

Au début de la Grande Persécution, vers 303-305, Hiéroclès, philosophe et gouverneur de Bithynie, écrit à son tour un ouvrage intitulé Philalèthe, c'est-à-dire « l'Ami de la vérité ».

En 362 enfin, lors d'une campagne contre les Perses, l'Empereur Julien compose, à Antioche, un Contre les Galiléens, qui s'inscrit dans sa tentative de restauration de l'hellénisme (which is part of his attempt to restore Hellenism).

Ces textes ont au moins deux points communs.

D'abord, ils sont tous perdus.

Ils n'ont été conservés que dans des fragments cités par les auteurs chrétiens qui les réfutent.

On dispose même d'un édit (We even have an edict) de 448 qui condamne au feu le traité de Porphyre.

Par ailleurs, ils ont tous été composés par des philosophes, et des philosophes platoniciens.

Les trois derniers sont même des néoplatoniciens.

Question : Comment se fait-il que trois de ces traités aient été composés par des néoplatoniciens ?

Le néoplatonisme est un courant qui est apparu au IIIe s. avec Plotin.

La première réponse qu'on peut apporter consiste à dire que ce courant va devenir assez vite hégémonique.

Après le IIIe s., il n'y a plus ni stoïcien (there is no longer any Stoic), ni épicurien, ni sceptique.

Le néoplatonisme intègre des éléments stoïciens et aristotéliciens.

Tous les grands philosophes que nous connaissons à partir du IVe s. sont des néoplatoniciens.

Il n'est donc pas étonnant que les traités antichrétiens émanent de ce courant majoritaire.

Maintenant, le fait que les néoplatoniciens écrivent contre le christianisme est lié davantage aux spécificités doctrinales de ce courant philosophique.

Plotin propose une nouvelle interprétation de la pensée de Platon, qu'il comprend d'une manière théologique.

Ce qui importe à Plotin et aux néoplatoniciens, c'est de retrouver dans l'oeuvre de Platon les éléments d'une doctrine sur Dieu.

La philosophie est pour eux une recherche de Dieu.

Son but est de permettre à l'âme de s'unir avec le principe divin.

Il y a donc des points communs importants entre les néoplatoniciens et les chrétiens.

La théologie néoplatonicienne est fondée, comme la théologie chrétienne, sur une recherche d'union avec Dieu.

Cette union est opérée, dans les deux cas, par une ascèse (asceticism) qui consiste à purifier son âme et à se déprendre des passions (free itself from passions) et plus largement de toutes les contraintes liées au corps.

On peut dire qu'il y a, d'une certaine façon, une situation de concurrence entre les néoplatoniciens et les chrétiens.

Question : Y a-t-il des raisons plus directes et plus concrètes qui pourraient expliquer la composition des traités contre les chrétiens ?

Pourquoi finalement écrire contre le christianisme ?

On sait grâce à la Vie de Plotin composée par Porphyre en 301 que des chrétiens assistaient aux cours (attended courses/) de son maître.

Plotin aurait demandé à Porphyre de réfuter des ouvrages utilisés par les chrétiens gnostiques.

Le traité contre les chrétiens de Porphyre s'inscrit probablement dans un cadre identique, quoiqu'on ne connaisse pas avec certitude les raisons de sa composition (although we do not know for certain the reasons for its composition).

On peut donc faire l'hypothèse que les traités antichrétiens composés par les philosophes avaient pour but de contrecarrer (thwart) l'attraction que pouvait représenter le christianisme dans la société, mais peut-être, plus directement encore, dans les cercles et les écoles philosophiques.

Jésus et les origines du christianisme
Naissance de l'Église
D'une religion orientale à la religion officielle
Les textes patristiques
L'antirationalisme chrétien
L'opposition à la philosophie: l'apologétique
Les hérésiologues
Credo quia absurdum
Panorama de la philosophie grecque
La critique philosophique du christianisme
Arguments du 3ème siècle contre le christianisme
Les attaques contre la Bible et ses exégèses
Les critiques contre Jésus, les évangélistes, les chrétiens