913
Lectures Watched
Since January 1, 2014
2400+ courses starting
in Feb-Mar 2019
Peruse my collection of 275
influential people of the past.
View My Class Notes via:
Receive My Class Notes via E-Mail:

VIEW ARCHIVE


Contact Me via E-Mail:
edward [at] tanguay.info
Notes on video lecture:
Les enjeux et les défis des villes africaines
Choose from these words to fill the blanks below:
football, limites, richesse, économique, enjeux, gens, étalée, gazeuse, riches, Karachi, 828, lieu, technicité, régionales, mises, petites, logo, découpages, climatique, réseaux, dépassé, industrie, accueillir, forcément, énormes, frappant, médiatique, suffisamment, entière, Zurich, ancien, telle, marketing, moyenne, gestion, importe, tient, tours, trentième, termine, majorité, réfléchi, régions, mener, autour, partout, flux
la connaissance des villes
1. les villes sont devenues un centre d'intérêt majeur, très                                   
2. c'est que certaines villes sont devenues des économies extrêmement importantes, plus             , sans doute, que certains états
il y a une création de                 
il y a une économie qui tourne              des villes
3. toutes ces villes, comme des sociétés, se sont            en concurrence les unes avec les autres
la statistique
la ville n'apparaît pas
on a des statistiques nationales
des statistiques                                   
par communes
par départements, par cantons, selon les                                    dans les différents pays
mais l'agglomération, en tant que           , est extrêmement difficile à appréhender
les villes prennent donc de l'importance
elles deviennent des sociétés à part                             , qui ont comme but d'attirer le plus de monde possible, des touristes, des habitants, des sociétés, des congrès, des manifestations sportives
des Jeux Olympiques
la coupe du monde de                 
on essaie d'attirer le plus de          possible
que ce soit des flux de capitaux
ou des flux de         
la ville est un véritable         
on réfléchit, en terme d'image et de publicité, comme pour un produit manufacturé
on a dans les villes d'une gestion technique à une gestion                   
on peut voir que toutes ces villes, comme n'importe quelle marque qui vend n'importe quel produit, ont                                              à un logo qu'elles peuvent distiller à travers des prospectus, à travers de la publicité, même parfois à la télévision
l'exemple, sans doute le plus                 , est la ville de Mexico
le nouveau logo est plus lumineux que l'             logo
on montre qu'on passe dans la modernité, dans un nouveau mode de                qui est un mode de marketing
la "guerre des           "
chaque ville veut                      la tour la plus haute de monde
aujourd'hui le grand vainqueur est la tour de        mètres à Dubaï
Chicago 527 mètres
Taiwan 508 mètres
Shanghai 492 mètres
New York 449 mètres
Paris 324 mètres (la Tour Eiffel)
parce qu'on montre par là, un haut niveau de                                    de l'état dans lequel la ville est
on a des possibilités technologiques de construire à Dubaï, par exemple, une tour de 828 mètres
la ville a                          de richesses
peut accueiller suffisamment de sociétés et d'investisseurs qui sont capables de construire ces                              tours
en terme économique, les hautes tours sont sans doute moins rentables que de plus                tours, mais qui, en terme d'image, sont extrêmement importantes
sous cette concurrence, il y a trois changements majeurs qui ont         
1. la ville est passée d'un système discret, c'est-à-dire dont on connaît les               , dont on connaît les frontières, à un système totalement diffus
on ne sait plus où commence la ville, et où elle se               
2. on a des modes de vie, ou plutôt des modes de consommation, qui tendent à être les mêmes un peu                dans l'ensemble des villes du monde
par exemple, une boisson                que l'ensemble des gens de la planète, quasiment, à l'exception de quelques endroits, ou quelques pays, quasiment l'ensemble des gens consomme cette boisson gazeuse, ou pourrait consommer, puisque elle a un coût
3. l'apparition de nouvelles centralités, c'est la redistribution d'un certain nombre de                              urbains
on a clairement                                           , aujourd'hui, les limites des états
les villes ne sont plus structurées en fonction d'états, de                             , de communes, mais elles ont des liens qui sont bien au-delà des frontières étatiques dans lesquelles elles sont
les villes se redessinent et ont les réseaux entre elles, peu                où elles se trouvent
quatre formes urbaines
1. la ville                                         
la ville diffuse
2. la méga-city
l'indicateur principal est le nombre d'habitants
la ville globale et de méga-city ne sont pas tout à fait la même chose
la méga-city a la population comme Tokyo, Delhi, Mexico, New York, Shanghai, Los Angeles, Buenos Aires,               , Calcutta, Dakar
3. la ville globale
un classement qui            compte, non plus du nombre d'habitants, mais qui tient compte d'un certain nombre d'indicateurs qui sont des flux économiques
il y a des indicateurs sur la stabilité politique
Londres est à la                                  place
4. la ville               
la grande                                des villes
            , qui est à peu près à un million d'habitants, se retrouve dans le classement des villes globales
mais absolument pas                                  dans les méga-city
la question des              et des défis
1. des enjeux
une situation, finalement, diagnostic
l'enjeu est une situation actuelle
une urbanisation sans forcément de développement                                   
elle est différente de la ville se développe en même temps que l'économie, ou que l'                  
le changement                     
2. des défis
une action à           

Flashcards:

to begin
pour débuter
highly publicized
très médiatique
have begun to compete with each other
se sont mises en concurrence les unes avec les autres
this is all the more interesting
c'est d'autant plus intéressant
as is
en tant que telle
management
la gestion
a division of the territory
d'un découpage du territoire
They become full-fledged companies
Elles deviennent des sociétés à part entière
attract as many people as possible
d'attirer le plus de monde possible
pr. des flux de capitaux
[FLOO]
whether it be the flow of capital or people
que ce soit des flux de capitaux, ou des flux de gens
suddenly
du coup
The proof is the different logos
La preuve en est, les différents logos
pr. distiller
[dee-steel-AY] with "l" not "y" sound
distill through flyers
distiller à travers des prospectus
even at times on television
même parfois à la télévision
perhaps the most striking
sans doute le plus frappant
eminently
éminemment
I just spoke of this a moment ago
j'en parlais tout à l'heure
pr. accueille
[ah-KUH-ya]
receives enough companies and investors
accueille suffisamment de sociétés et d'investisseurs
Under this competition
Sous cette concurrence
taking place
qui ont lieu
is done on all
se fait sur l'ensemble
which tend to be the same
qui tendent à être les mêmes
a soft drink
une boisson gazeuse
since it has a cost
puisque elle a un coût
It has far exceeded
On a clairement dépassé
the are well beyond the borders
qui sont bien au-delà des frontières
that redesign
qui se redessinent
no matter where they are
peu importe où elles se trouvent
that were initiated
qui ont été amorcées
pr. décennies
[day-sen-NEE]
some decades
quelques décennies
the sprawling city
la ville étalée
since they
puisqu'elles
that takes into account
qui tient compte
are seven in number
sont au nombre de sept
which is taken into account
qui est pris en compte
and that game
et à ce jeu-là
the question of issues and challenges
la question des enjeux et des défis
talk about the challenges
parler des défis
as an action to be taken
comme une action à mener
not act on these issues
ne pas agir sur ces différents enjeux
without necessary economic development
sans forcément de développement économique
in the background
en toile de fond
and it will take this into account
qu'il faudra prendre en compte

Enhanced Transcription:

Quelques images, cette semaine, pour débuter (to begin). Nous sommes à Dakar.

Bienvenue aux participants de Dakar. L'objectif de notre vidéo est d'avancer dans la connaissance des villes.

Bien sûr, pas uniquement, dans ce cas-là, des villes africaines, mais de l'ensemble des villes (but all the cities), avec un triple constat (with three main points).

Le premier, c'est que depuis quelques années, voire quelques lustres (even a a few ages), les villes sont devenues un centre d'intérêt majeur, très médiatique (highly publicized).

On parle de plus en plus des villes.

Deuxième constat, c'est que certaines villes sont devenues des économies extrêmement importantes, plus riches, sans doute, que certains états.

Donc, il y a une création de richesse, il y a une économie qui tourne autour des villes, qui est extrêmement importante.

Troisième constat, c'est que toutes ces villes, comme des sociétés, se sont mises en concurrence les unes avec les autres (have begun to compete with each other).

Alors, c'est d'autant plus intéressant (this is all the more interesting) de voir qu'il y a un regain d'intérêt sur la ville, alors même que, si je prends l'exemple de la statistique, par exemple, la ville n'apparaît pas.

On a dans les pays, des statistiques nationales, des statistiques régionales, par départements, par cantons, selon les découpages (cutouts) dans les différents pays, par communes.

Mais l'agglomération, en tant que telle (as is), est extrêmement difficile à appréhender.

Ça montre bien qu'on n'est pas encore passé (that we are not yet past), au niveau de la statistique, par exemple, je ne prends que cet exemple-là, mais il est symptomatique, qu'on n'est pas encore passé à la gestion (management), totalement, par le biais des villes. On est encore sur une structure relativement traditionnelle d'un découpage du territoire (a division of the territory).

Or, on est en confrontation avec ce regain (it is in confrontation with the renewed), justement, nouveau, et cette médiatisation qu'ont les villes.

Les villes prennent donc de l'importance.

Elles deviennent des sociétés à part entière (They become full-fledged companies), qui ont comme but d'attirer le plus de monde possible (attract as many people as possible), des touristes, des habitants, des sociétés, des congrès, des manifestations sportives, si on prend le cas des Jeux Olympiques, ou de la coupe du monde de football, par exemple.

On essaie, dans ces villes, d'attirer le plus de flux possible, que ce soit des flux de capitaux, ou des flux de gens (whether it be the flow of capital or people).

Et pour ça, la ville est un véritable logo.

On réfléchit, du coup (suddenly), en terme d'image et de publicité, comme pour un produit manufacturé.

On parlera tout à l'heure, de ce que j'appelle "la guerre des tours", et de l'image qui est véhiculée à travers cette "guerre des tours (tower war?)".

Autre élément. On est passé, dans les villes, d'une gestion technique à une gestion marketing.

La preuve en est, les différents logos (The proof is the different logos).

Alors, les villes africaines sont manquantes.

Elles n'ont pas toutes encore redesigné leur logo, mais on peut voir que toutes ces villes, comme n'importe quelle marque qui vend n'importe quel produit, ont réfléchi à un logo qu'elles peuvent, comme ça, distiller à travers des prospectus (distill through flyers), à travers de la publicité, même parfois à la télévision (even at times on television).

L'exemple, sans doute le plus frappant (perhaps the most striking), est la ville de Mexico.

Alors, on a ici, le nouveau logo, mais on a l'ancien, et on est passé de l'un à l'autre.

En montrant ça, on montre qu'on passe dans la modernité, dans un nouveau mode de gestion qui est un mode de gestion, éminemment (eminently), marketing.

La "guerre des tours", j'en parlais tout à l'heure (I just spoke of this a moment ago).

C'est quoi? Chaque ville veut accueillir la tour la plus haute de monde (Every village wants to have the highest tower in the world?).

Alors aujourd'hui, pour l'instant, le grand vainqueur est encore, pour quelques mois, ou quelques années, la tour de 828 mètres à Dubaï.

Mais on voit que toutes ces villes se sont jouées de la concurrence avec Paris, New York, Shanghai, Taïwan, Chicago.

La Sears Tower, l'Empire State Building, la Tour Eiffel, j'en passe (I pass?), et des meilleures, mais on voit très clairement que chaque ville veut absolument accueillir une tour, la plus grande possible. Pourquoi?

Parce qu'on montre par là, un haut niveau de technicité de l'état dans lequel la ville est.

C'est-à-dire que l'on a des possibilités technologiques de construire à Dubaï, une tour de 828 mètres.

Mais, ça montre aussi, alors, le cas de Dubaï est un peu extrême, que la ville a suffisamment de richesses, ou accueille suffisamment de sociétés et d'investisseurs (receives enough companies and investors) qui sont capables de construire ces énormes tours qui, en terme économique, sont sans doute moins rentables que de plus petites tours, mais qui, en terme d'image, sont extrêmement importantes.

Sous cette concurrence (Under this competition), il y a trois changements majeurs qui ont lieu (taking place), ou qui ont eu lieu, mais c'est, ils sont toujours en cours.

C'est que la ville est passée d'un système discret, c'est-à-dire dont on connaît les limites, dont on connaît les frontières, à un système totalement diffus.

On ne sait plus où commence la ville, et où elle se termine.

La diffusion se fait sur l'ensemble (is done on all) des territoires.

On a des modes de vie, ou plutôt des modes de consommation, qui tendent à être les mêmes (which tend to be the same) un peu partout dans l'ensemble des villes du monde.

Prenons un exemple d'une boisson gazeuse (a soft drink) que l'ensemble des gens de la planète, quasiment, à l'exception de quelques endroits, ou quelques pays, quasiment l'ensemble des gens consomme cette boisson gazeuse, ou pourrait consommer, puisque elle a un coût (since it has a cost).

Et puis, troisième élément, troisième modification du phénomène urbain, c'est l'apparition de nouvelles centralités, c'est la redistribution d'un certain nombre de réseaux urbains.

On a clairement dépassé (It has far exceeded), aujourd'hui, les limites des états.

Les villes ne sont plus, je dirais, structurées en fonction d'états, de régions, de communes, mais elles ont des liens qui sont bien au-delà des frontières (the are well beyond the borders) étatiques dans lesquelles elles sont.

Et ce sont des villes qui se redessinent (that redesign) comme ça, des réseaux entre elles, peu importe où elles se trouvent (no matter where they are).

L'exemple des villes globales est symptomatique à ce niveau-là.

Ce sont donc nos trois modifications qui sont en cours, qui ont été amorcées (that were initiated) il y a déjà quelques décennies (some decades), mais qu'on peut aujourd'hui voir sur l'ensemble des villes du monde.

Et ces grandes mutations nous ont donné, finalement, quatre formes urbaines, la ville étalée (the sprawling city) ou la ville diffuse, la méga-city, la ville globale et la ville moyenne.

À nouveau, il peut y avoir des sous-catégories, mais ce sont les quatre grands types de villes qu'on retrouve sur l'ensemble de la planète.

Bien sûr, les villes moyennes sont les plus nombreuses, puisqu'elles (since they) ne sont pas toutes ni étalées, ni méga-city, ni villes globales.

C'est la grande majorité des villes qui sont finalement ce qu'on peut qualifier comme villes moyennes.

Je prends mon exemple de ville globale et de méga-city pour expliquer que ce n'est pas tout à fait la même chose.

La méga-city, c'est ici.

C'est la population qui fait, avec Tokyo, Delhi, Mexico, New York, Shanghai.

Donc, on va, par ordre, de la plus peuplée, à la moins peuplée.

Et l'indicateur principal est le nombre d'habitants. C'est la méga-city.

Los Angeles, Buenos Aires, Karachi, Calcutta, Dakar.

Ensuite, on a le classement des villes globales qui est un classement qui tient compte (that takes into account), non plus du nombre d'habitants, mais qui tient compte d'un certain nombre d'indicateurs qui sont des flux, qui sont, la plupart du temps, des flux économiques.

Alors, ces indicateurs sont au nombre de sept (are seven in number), maintenant, dans le rapport qui est pris en compte (which is taken into account), ici, dans ce tableau.

Il y a des indicateurs sur la stabilité politique.

Bien sûr, sur la qualité de vie dans ces villes, mais avant tout, ce sont des questions de flux économiques, et à ce jeu-là (and that game), Londres arrive bien en tête.

Et dans le tableau des méga-city, on voit bien que dans les 30 premières, Londres est à la trentième place.

Donc, on n'est pas tout à fait dans les mêmes types de classement.

À titre d'exemple encore, Zurich, qui est à peu près à un million d'habitants, se retrouve dans le classement des villes globales, mais absolument pas forcément dans les méga-city, avec uniquement un petit million d'habitants.

Nous allons revoir, maintenant, la question des enjeux et des défis (the question of issues and challenges).

Alors, certains pourraient penser qu'ils sont synonymes.

Nous, on fait la différence entre un enjeu, qui est une situation, finalement, diagnostic.

Voilà, c'est la situation, aujourd'hui, quels sont les enjeux dans les villes africaines?

Nous l'avons vu dans la première vidéo de présentation.

Nous allons reprendre rapidement ces différents enjeux, et parler des défis (talk about the challenges) qui attendent.

Certains enjeux peuvent être la même chose que des défis, mais nous faisons la différence, ou nous comprenons défi comme une action à mener (as an action to be taken).

L'enjeu est une situation actuelle, et le défi, c'est finalement le choix qu'on fait, par rapport à cette situation actuelle d'agir, ou de ne pas agir sur ces différents enjeux (and to not act on these issues).

Alors, on revient, rapidement, sur les grands enjeux.

On a déjà vu ces tableaux, lors de la première vidéo, mais je les repasse rapidement (but I will return quickly?), pour les avoir en mémoire, l'enjeu de l'augmentation de la population des villes.

Un autre enjeu, c'est une urbanisation sans forcément de développement économique (without necessary economic development).

Donc, on a une rupture entre le développement économique et l'urbanisation, alors que dans les modèles, je dirais, classiques, la ville se développe en même temps que l'économie, ou que l'industrie.

Le changement climatique, qui nous donne, en toile de fond (in the background), des éléments extrêmement importants, et qu'il faudra prendre en compte (and it will take this into account), sans doute.

On verra si c'est le cas dans nos défis, ou pas.

Voilà, c'est la fin de cette première partie.

Je vous donne rendez-vous dans la vidéo suivante.

Urbanisation en Afrique: changement et défis
Qu'est-ce que la planification urbaine?
Les villes africaines
Les villes africaines et la crise urbaine
Les enjeux et les défis des villes africaines
Enjeux et défis de ville Afrique
Quel modèle pour quelle ville?
Flux et fluidité: quel modèle pour quelle ville