917
Lectures Watched
Since January 1, 2014
Hundreds of free, self-paced university courses available:
my recommendations here
Peruse my collection of 275
influential people of the past.
View My Class Notes via:
Receive My Class Notes via E-Mail:

VIEW ARCHIVE


Contact Me via E-Mail:
edward [at] tanguay.info
Notes on video lecture:
La complexité au quotidien
Choose from these words to fill the blanks below:
binaire, échelle, donné, décisions, ambigu, neuf, théorique, professionnelle, prenante, simple, interpénètrent, responsabilité, innovation, acquis, autonomie, classiques, transdisciplinaires, sciences, complexe, citoyen, nouvelle, particulières, approches, irréductible
la complexité est partie                  dans nos vies quotidiennes
personnelles
professionnelles
nous avons des difficultés à sortir de systèmes de pensée               
à envisager les incertitudes de notre quotidien pour aborder
nos actions
nos                                 
le mot de complexité
un peu             
la langue commune
s'oppose au simple
un niveau de difficulté
une justification pour ne pas expliquer
c'est trop                 
est devenu un objet de réflexion                                 
à replacer dans une perspective plus largement
épistémologique
le développement des                 
le développement des savoirs
le développement de la société
le développement l'                             du monde
les problèmes aujourd'hui se posent de manière différente
ils ne se posent pas dans le cadre des questions                     , qui étaient celles de la pensée classique
il s'agissait de diviser et réduire le tout aux parties, de réduire le complexe au             
il s'agit aujourd'hui au contraire de prendre les choses dans une complexité                                       
relier
rassembler
montrer que les parties et le tout s'                                                        
les parties constituantes réfléchissent le tout
le tout est présent dans les parties comme les parties sont présentes dans le tout
une manière de penser                 
complexus, ça veut dire tisser ensemble au sens étymologique du terme
distingue sans disjoindre, et en même temps relier
nous devons être capables aujourd'hui
prendre complexité
des situations
des méthodes
des                   
aborder des sortes de vision                                       
adopter une manière de comprendre qu'ils ont eux-mêmes une                                            particulière
nous avons une responsabilité à réfléchir
notre action
notre rôle dans l'entreprise
notre rôle de                par rapport à l'entreprise dans laquelle nous travaillons, et par rapport à la société dans laquelle nous vivons
la conquête de l'                  
ça n'est pas une donnée
l'économie c'est pas quelque chose qui est                         
c'est quelque chose qui doit être construit et             
penser par soi-même c'est toujours dans des situations                                         
c'est penser par soi-même confronté à des problèmes, à des difficultés, à des sollicitations
le monde qui se profile c'est un monde dans lequel l'                     sera très largement partagée
le maître mot de la, du paradigme cognitif qui se profile, c'est la notion d'innovation
elle sera au coeur de la vie                                des futurs managers
être innovant, c'est être à la fois un esprit         

Flashcards:

as part of this MOOC
dans le cadre de ce MOOC
during the first week
lors de sa première semaine
is involved in our daily lives
est partie prenante dans nos vies quotidiennes
to address our actions
pour aborder nos actions
in our relationship to knowledge
dans notre rapport à la connaissance
To help us understand the concrete nature
Pour nous aider à appréhender le caractère concret
we must agree on the word
il faut s'entendre sur le mot
to weave together
tisser ensemble
the idea of challenge
l'idée de défi
as a teacher
en tant que professeur
programs of entrance examinations
programmes des concours d'entrée
in many ways giving them tools
à bien des égards leur donner des outils
to approach kinds of visions
d'aborder des sortes de vision
They will have a responsibilility
Ils auront une responsabilité
to think for oneself one must learn to think
pour penser par soi-même il faut apprendre à penser
demands
sollicitations
it is otherwise
c'est sinon d'une certaine manière
the pulpit
la chaire
this learning to think
cet apprendre à penser
will be very widely shared
sera très largement partagée
key word
le maître mot
to our achievements
à nos acquis
as part of the forum
dans le cadre du forum
and that of others
et celle d'autrui
this first interview
ce premier entretien

Enhanced Transcription:

Bonjour et bienvenue dans cette première interview avec un professionnel dans le cadre de ce MOOC (as part of this MOOC), L'avenir de la décision en compagnie d'Edgar Morin.

Nous l'avons vu lors de sa première semaine (during the first week), la complexité est partie prenante dans nos vies quotidiennes (is involved in our daily lives), que ce soit personnelles ou professionnelles.

Nous avons des difficultés à sortir de systèmes de pensée binaire, à envisager les incertitudes de notre quotidien pour aborder nos actions (to address our actions), nos décisions et dans notre rapport à la connaissance (in our relationship to knowledge) finalement de manière différente.

Pour nous aider à appréhender le caractère concret (To help us understand the concrete nature) de cette réflexion, nous sommes aujourd'hui en compagnie de François L'Yvonnet, philosophe et éditeur aux éditions de l'Herne, qui est également professeur de philosophie en classes préparatoires HEC.

Il a notamment travaillé avec Jean Baudrillard, auquel il vient de consacrer un essai, et avec Edgar Morin.

Monsieur L'Yvonnet, merci beaucoup d'être avec nous.

Je vais commencer avec une première question.

Pourquoi un tel intérêt d'après vous pour le concept de complexité et pouvons-nous qualifier le vingt et unième siècle de siècle complexe?

Très bonne question. Je crois que d'abord il faut s'entendre sur le mot (we must agree on the word) de complexité.

C'est un mot qui est un peu ambigu.

Dans la langue commune, parler de complexité, c'est ce qui s'oppose au simple.

La complexité, c'est à la fois un niveau de difficulté et en même temps souvent une justification pour ne pas expliquer, c'est complexe, c'est trop complexe.

Il est clair que ce n'est pas en ce sens qu'il faut l'entendre.

La complexité, c'est devenu un objet de réflexion, un objet de réflexion théorique.

C'est à replacer dans une perspective plus largement épistémologique, c'est-à-dire la nécessité dans laquelle, avec le développement des sciences, le développement des savoirs, le développement de la société, le développement je dirais même à l'échelle du monde (globally?).

À savoir que les problèmes aujourd'hui se posent de manière différente.

Ils ne se posent pas dans le cadre des questions classiques, qui étaient celles de la pensée classique.

Il s'agissait de diviser, il s'agissait de réduire, le tout aux parties, de réduire le complexe au simple.

Il s'agit au contraire de prendre les choses dans une complexité irréductible, c'est-à-dire à la fois relier (link), rassembler, et montrer que les parties et le tout s'interpénètrent.

Il est clair qu'on peut aller du tout vers les parties constituantes mais que les parties constituantes réfléchissent le tout (reflect the whole thing).

Le tout est présent dans les parties comme les parties sont présentes dans le tout.

Et cette manière de penser est une manière de penser nouvelle.

Complexus, ça veut dire tisser ensemble (to weave together) au sens étymologique du terme.

En d'autres termes, ça veut dire assembler, relier.

On peut distinguer, penser c'est toujours distinguer, mais distinguer sans disjoindre, et en même temps relier.

Et je crois que la réflexion d'Edgar Morin à cet égard est très riche.

C'est pas une option parmi d'autres options de connaissances, c'est un enjeu majeur à la fois pour comprendre, prendre ensemble, ce que je veut dire le mot comprendre, et en même temps il y a l'idée de défi (the idea of challenge), c'est-à-dire pour essayer de s'affronter à l'avenir (compete in the future?), être capable d’anticiper, être capable de construire un avenir commun.

Merci beaucoup. On comprend bien cette nécessité de préparation.

Et donc finalement en tant que professeur (as a teacher) de philosophie, pourquoi et comment préparez-vous vos étudiants à entrer en école de commerce?

Alors ça ce sont deux choses différentes, le pourquoi et le comment.

Le pourquoi c'est presque une question métaphysique.

Je pourrais vous répondre en vous disant que c'est dans les programmes.

Mais je crois que le fait que la philosophie, puisque c'est la philosophie qui directement m'intéresse, que la philosophie étant présente de manière significative dans les programmes des concours d'entrée (programs of entrance examinations) dans les écoles de commerce, c'est à la fois une très bonne chose du point de vue des humanités.

C'est toujours une très grande atrophie, un appauvrissement que de priver des étudiants de toutes les facettes, de toutes les approches de la connaissance.

Mais c'est aussi, à bien des égards leur donner des outils (in many ways giving them tools) pour être capables aujourd'hui de prendre la mesure non seulement de la complexité, prenons ce terme une fois encore, complexité des situations, complexité des méthodes, complexité des approches, c'est-à-dire la nécessité dans laquelle nous sommes d'aborder des sortes de vision (to approach kinds of visions) transdisciplinaires, mais c'est aussi une manière de leur faire comprendre qu'ils ont eux-mêmes une responsabilité particulière.

Ils auront une responsabilité (They will have a responsibilility), en tant qu'ils seront des managers, une responsabilité à réfléchir leur action, à réfléchir leur rôle dans l'entreprise, à réfléchir leur rôle de citoyen par rapport à l'entreprise dans laquelle ils travailleront, par rapport à la société dans laquelle ils vivent.

Comment maintenant. Donc le comment je crois que là c'est le travail même de la philosophie, c'est-à-dire la conquête de l'autonomie.

L'autonomie, ça n'est pas une donnée.

L'économie c'est pas quelque chose qui est donné.

C'est quelque chose qui doit être construit, acquis.

C'est une banalité de dire que pour penser par soi-même il faut apprendre à penser (to think for oneself one must learn to think).

Mais penser par soi-même c'est pas quelque chose de purement abstrait.

C'est pas quelque chose de désincarné (disimbodied).

Penser par soi-même c'est toujours dans des situations particulières.

Penser par soi-même, c'est penser par soi-même confronté à des problèmes, à des difficultés, à des sollicitations (demands).

D'une certaine manière, introduire de la complexité dans l'enseignement préparatoire aux grandes écoles, qu'est-ce que c'est sinon d'une certaine manière (it is otherwise) d'une certaine manière faire que des étudiants comprennent que l'ensemble des professeurs qui sont devant eux, certes enseignent des disciplines différentes, mais toutes ces disciplines elles participent à une seule et même chose, c'est-à-dire à être capable de formuler des problèmes.

Un problème ça se formule, il n'y a pas de problème dans la nature.

Et d'être capable face à ces problèmes, de se donner les moyen de les résoudre.

L'apprentissage de l'autonomie à cet égard c'est l'apprentissage tout simplement du travail de la pensée.

Merci infiniment. Vos propos résonnent très bien avec la mission de la chaire (the pulpit) Edgar Morin de la complexité à l'ESSEC.

Effectivement, nous accompagnons les étudiants mais également tout l'ensemble de la communauté ESSEC dans cet apprendre à penser (this learning to think).

Et même au-delà de la sphère de l'école et peut-être que vous pouvez nous éclairer, comment la philosophie peut-elle justement aider un manager à mieux appréhender la complexité dans le monde des affaires?

Écoutez, il est clair que l'idée même de la complexité c'est pas simplement une sorte de moment dans la formation des étudiants ou dans un parcours scolaire.

Il n'y aura pas un moment de complexité comme il y a un moment d'éducation physique et sportive.

Non, je crois que la complexité, c'est une autre tournure d'esprit (cast of mind?).

C'est quelque chose qui doit être acquis tout au long de la formation des élèves puis des étudiants, et dans la vie professionnelle.

La complexité, c'est quelque chose d'essentiel à mon avis parce qu'aujourd'hui il n'y a pas d'un côté les innovateurs, de l'autre ceux qui vont appliquer ou produire ce que les innovateurs auront inventé.

Je crois que le monde qui se profile (which is looming?), et à cet égard on peut parler peut-être d'une nouvelle civilisation, le monde qui se profile c'est un monde dans lequel l'innovation sera très largement partagée (will be very widely shared).

C'est une innovation non seulement dans la manière bien évidemment de créer dans l'entreprise.

Mais c'est une manière aussi d'innover dans les rapports humains, c'est une manière d'innover dans les rapports entre les communautés, entre les nations.

Je crois que le maître mot (key word) de la, du paradigme cognitif qui se profile, c'est la notion d'innovation.

Et cette notion d'innovation, elle doit, elle sera au coeur de la vie professionnelle des futurs managers, comme elle aura été au coeur, je l'espère, de leur formation à l'école, comme elle aura été je le souhaite mais ce n'est pas encore le cas, au coeur de leur apprentissage dans les classes préparatoires.

Ça veut dire quoi innover?

Innover, c'est être capable de faire du nouveau avec de l'ancien. C'est capable avec ce nouveau que l'on fait à partir de l'ancien de penser autrement cet ancien.

Et on retrouve la boucle récursive dont parlait Edgar Morin.

C'est un autre manière de se rapporter au passé et à l'avenir.

Être innovant, c'est être à la fois un esprit neuf, mais cet esprit neuf est en même temps chargé, comment dirais-je, nourri de tout un patrimoine, de toute une tradition que nous faisons en sorte de transmettre.

Merci infiniment d'avoir partagé ces sentiments.

Nous comprenons donc que pour apprendre à penser, que pour prendre des décisions, nous devons réfléchir d'une manière différente, nous positionner par rapport à nos acquis (to our achievements), à nos savoirs, à notre passé, à notre histoire et également à notre futur de manière différente.

C'est ce que nous proposons au travers de ce MOOC, et nous allons vous inviter à poursuivre les discussions dans le cadre du forum (as part of the forum) réservé, peut-être pour échanger sur vos incertitudes, et également sur vos stratégies pour aller de l'avant en prenant en compte votre complexité et celle d'autrui (and that of others), pour plus d'autonomie, de liberté et également de vie en communauté.

Merci beaucoup François d'avoir été avec nous pour ce premier entretien (this first interview), et à très bientôt.

À très bientôt.

Complémentarité de vérités apparemment contraires
Principes et paradigmes d'une connaissance complexe
La complexité de la vie
Les compétences et les incertitudes
La complexité au quotidien