901
Lectures Watched
Since January 1, 2014
3100+ courses starting
in November 2018
Peruse my collection of 274
influential people of the past.
View My Class Notes via:
Receive My Class Notes via E-Mail:

VIEW ARCHIVE


Contact Me via E-Mail:
edward [at] tanguay.info
Notes on video lecture:
Définitions et concepts de la philanthropie
Choose from these words to fill the blanks below:
couches, apparaisse, lettres, désintéressée, socialistes, Europe, aimer, pauvreté, 2010, providence, musées, déclin, 1969, temps, gratuité, Dieu, science, sportif, Admical, féodaux, enchaîné, remplacer, legs, soulager, consentis, humanitas, accorder, fondation, épargne, feu, artistes, autrui, essor, universalité, financier, évolué, bâti, Lumières, semblables, milliardaires, remonte, libérale, désuet
philanthropie
désigne l'ensemble des dons privés librement                    en faveur d'organismes agissant dans l'intérêt général
lutte contre la                               
éducation
santé
recherche scientifique
environnement
art et culture
le sens du mot a bien                                          depuis sa création
au Ve siècle avant notre ère
en Grèce dans la célèbre tragédie Prométhée                                           , attribuée à Eschyle
Prométhée fait don du        aux hommes
mais aussi des arts et de la               
transgressant la volonté des dieux d'anéantir et de                    la race humaine
étymologie
philos:           
anthropos: l'être humain dans son                                       
l'amour de l'humanité
IVe siècle
Platon et Aristote
ce sentiment qui pousse les hommes à venir en aide aux autres
les Romains
préfèrent le mot                   
le Moyen Âge
le concept de charité s'impose en France et en             
la charité
la vertu suprême de la théologie chrétienne
l'amour du prochain comme créature de         
l'aumône
tout bienfait accordé à             , en particulier aux plus pauvres
pour les catholiques, la charité exige de secourir ceux qui sont dans le besoin
à partir du Moyen Âge
l'Église et les congrégations bâtiront en Europe les premiers hôpitaux, hospices et orphelinats, financés par les dons et          de la noblesse et de la bourgeoisie
la Renaissance
on redécouverte des philosophes grecs pour que le mot philanthropie                      en Europe
en 1612, chez Sir Francis Bacon dans la langue anglaise utilisé le mot
un siècle plus tard
en français chez Fénelon, qui l'a défini dans ses Dialogues des morts comme une vertu douce, patiente et                                                                     
le XVIIIe siècle
la philanthropie n'est plus seulement une belle idée
elle devient une pratique concrète, un mouvement social et politique d'une élite réformiste, laïque et                               
elle se pose comme une alternative à la charité chrétienne, en s'attaquant aux causes de la pauvreté, au lieu d'en                  seulement les effets
homme des Lumières
le philanthrope, c'est celui qui s'occupe activement des moyens d'améliorer la condition de ses                     
cela passe par le don                   , mais pas seulement
les philanthropes lancent des pétitions, visitent les prisonniers, bâtissent des logements bon marché, encouragent l'                            
au XVIIIe et XIXe siècle
le mot philanthropie connaît un véritable           , tout comme celui, nouveau lui aussi, de bienfaisance
avec la montée de la question sociale et les mouvements ouvriers de la fin du XIXe siècle, la philanthropie ne suffit plus et se retrouve contestée, notamment par les penseurs                        et solidaristes
XXe siècle
la mise en place de l'État social entraîne un                            relatif de la philanthropie
le mot paraît I                          , obsolète, et connaît une véritable hibernation
c'est désormais l'État qui va massivement prendre en charge les besoins auxquels les philanthropes avaient répondu au siècle précédent
les rares fois où on utilise le terme, c'est pour parler de John Rockefeller ou Andrew Carnegie, les célèbres                            américains ayant créé leurs fondations après avoir fait fortune dans l'industrie
la crise de l'État-                     et l'essor de la société civile en France
on parle à nouveau de générosité, de libéralité et de philanthropie
la Fondation de France, créée en          pour développer la philanthropie dans notre pays, marque un tournant important
dans les médias
la philanthropie est incarnée aujourd'hui par Bill Gates et Warren Buffett, depuis leur fameux Giving Pledge en         
le terme est devenu synonyme de don financier conséquent ou de grande fondation
le philanthrope apparaît comme un homme d'affaires richissime, américain, qui donne une partie de sa fortune, après l'avoir                      lui-même de son vivant
il y a une tradition philanthropique dans la plupart des régions du monde
ce ne sont pas seulement les riches ou les entrepreneurs qui donnent
ces dons sont effectués par
des particuliers
des personnes plus fortunées, qui créent leur propre véhicule juridique, souvent une                   
des entreprises
les trois                successives se sont accumulées
une vertu
une idée humaniste
un mouvement réformiste
issu des                               
les dons financiers
en faveur de l'intérêt général
le mécénat
son origine                au Ier siècle avant notre ère
Gaius Maecenas était un ministre de l'empereur Auguste et le premier protecteur des arts et des               
un mécène est un personnage riche et puissant qui encourage et aide financièrement les                 
après la chute de l'Empire romain, les principaux mécènes ont été les seigneurs                              et les papes, qui faisaient vivre peintres, sculpteurs et artisans
l'âge d'or du mécénat
la Renaissance avec le célèbre Laurent de Médicis, banquier et dirigeant de Florence, qui a soutenu Léonard de Vinci et Michel-Ange
comme la philanthropie, le mécénat connaît un reflux en France à la fin du XIXe siècle, avec le rôle croissant joué par les marchands d'art, d'une part, et par l'État et les                            nationaux
le mécénat retrouve une seconde jeunesse à la fin du XXe siècle
Jacques Rigaud, premier président de l'              , qui réutilise le terme à partir de 1980, pour désigner les dons des entreprises en faveur de la culture
le terme mécène est encore utilisé dans le langage courant et dans les médias pour désigner un riche donateur, un collectionneur d'art, voire un propriétaire de club               , dont l'activité n'a rien d'un don sans contrepartie
en France, aujourd'hui, le mécénat est ainsi un terme fiscal, puisqu'il désigne un dispositif permettant aux particuliers et aux entreprises de réduire leurs impôts grâce à leurs dons à des organismes d'intérêt général
le don
donner est                  gratuitement à quelqu'un la propriété ou la jouissance de quelque chose
le don est à la fois l'acte de donner et la chose donnée
on peut donner de l'argent, des objets matériels, mais aussi son            ou son sang, c'est-à-dire une part de soi-même
ce qui caractérise le don, c'est sa                               , c'est-à-dire son absence de contrepartie ou de retour
contrairement à une vente, un investissement ou un prêt, celui qui donne se dépossède de la chose donnée et n'est pas rémunéré
le donateur n'a aucune garantie de recevoir quelque chose en échange de son don, même si cela arrive souvent de manière différée ou indirecte

People:

François Fénelon (1651-1715)
A French Roman Catholic archbishop, theologian, and poet best known as the author of The Adventures of Telemachus
  • the book Telemachus fills out a gap in Homer's Odyssey, recounting the educational travels of Telemachus, son of Ulysses, accompanied by his tutor, Mentor, who is revealed at the end of the story to be Minerva, goddess of wisdom
  • the Adventures of Telemachus is also a scathing rebuke to the autocratic reign of Louis XIV of France
  • the book has been referred to as "the true key to the museum of the eighteenth-century imagination"
  • one of the most popular works of the century and with its message of world peace, it was an immediate best-seller both in France and abroad
  • Fénelon's early education was provided by private tutors, who gave him a thorough grounding in the language and literature of the Greek and Latin classics
  • in 1675 at the age of 24 he was ordained as a priest
  • in 1685, the Church began a campaign to send the greatest orators in the country into the regions of France with the highest concentration of Huguenots to persuade them of the errors of Protestantism, and Fénelon was included in this group
  • in 1689, Fénelon was named the tutor of the grandson of Louis XIV, the 7-year-old Duke of Burgundy, who was second in line for the throne, and for whom Fénelon composed his Les Aventures de Télémaque
  • in 1693, Fénelon was elected to the Académie française
  • for Fénelon all wars were civil wars: humanity was a single society and all wars within it the greatest evil, and one's obligation to mankind as a whole was always greater than what was owed to one's particular country

Flashcards:

What about patronage and giving
Qu'en est-il du mécénat et du don
Let's go back to the fifth century
Remontons au Ve siècle
annihilate
anéantir
spread in the fourth century
se répand au IVe siècle
almsgiving
l'aumône
is any benefit granted to others
est tout bienfait accordé à autrui
charity requires helping those in need
la charité exige de secourir ceux qui sont dans le besoin
orphanages
orphelinats
to relieve only the effects
soulager seulement les effets
This involves financial donations
Cela passe par le don financier
cheap housing
des logements bon marché
a real growth
un véritable essor
leads to decline
entraîne un déclin
The word seems obsolete
Le mot paraît désuet
It is now the state that
C'est désormais l'État qui
after having built it himself during his lifetime
après l'avoir bâti lui-même de son vivant
The three successive layers
Les trois couches successives
is all this at once
est tout ceci à la fois
sponsorship
mécénat
the feudal lords
les seigneurs féodaux
the enjoyment of something
la jouissance de quelque chose
a loan
un prêt

Enhanced Transcription:

Qu'est-ce que la philanthropie?

À quoi ce mot un brin savant fait-il référence (What does this word refer to?/)?

Qu'en est-il du mécénat et du don (What about patronage and giving)?

C'est ce que nous allons découvrir ensemble dans cette vidéo.

Dans le langage courant, la philanthropie désigne de nos jours l'ensemble des dons privés librement consentis en faveur d'organismes agissant dans l'intérêt général.

Lutte contre la pauvreté, éducation, santé, recherche scientifique, environnement, art et culture, mais le sens du mot a bien évolué depuis sa création.

Remontons au Ve siècle (Let's go back to the fifth century) avant notre ère.

Le terme de philanthropie a été utilisé la première fois en Grèce dans la célèbre tragédie Prométhée enchaîné, attribuée à Eschyle.

Dans ce texte, Prométhée fait don du feu aux hommes, mais aussi des arts et de la science, transgressant la volonté des dieux d'anéantir (annihilate) et de remplacer la race humaine.

Mot composé de philos, aimer, être l'ami de, faire du bien, et anthropos, l'être humain dans son universalité, la philanthropie est ainsi définie comme l'amour de l'humanité.

Elle diffère de l'amitié, car elle concerne tous les hommes en général et non certains individus en particulier.

Son usage dans la Grèce antique se répand au IVe siècle (spread in the fourth century) avant notre ère, avec les philosophes Platon et Aristote, pour désigner ce sentiment qui pousse les hommes à venir en aide aux autres.

Le mot va ensuite décliner à la fin de l'Antiquité, les Romains lui préfèrent le mot humanitas, et pendant tout le Moyen Âge, où le concept de charité s'impose en France et en Europe.

La charité, c'est la vertu suprême de la théologie chrétienne, c'est l'amour du prochain comme créature de Dieu.

Par extension, l'aumône (almsgiving) est tout bienfait accordé à autrui (is any benefit granted to others), en particulier aux plus pauvres.

Pour les catholiques, la charité exige de secourir ceux qui sont dans le besoin (charity requires helping those in need).

À partir du Moyen Âge, comme nous le verrons dans une prochaine vidéo, l'Église et les congrégations bâtiront en Europe les premiers hôpitaux, hospices et orphelinats (orphanages), financés par les dons et legs de la noblesse et de la bourgeoisie.

Il faut attendre la Renaissance et la redécouverte des philosophes grecs pour que le mot philanthropie apparaisse en Europe.

En 1612, chez Sir Francis Bacon dans la langue anglaise.

Puis, un siècle plus tard en français chez Fénelon, qui l'a défini dans ses Dialogues des morts comme une vertu douce, patiente et désintéressée.

À partir du XVIIIe siècle, la philanthropie n'est plus seulement une belle idée.

Elle devient une pratique concrète, un mouvement social et politique d'une élite réformiste, laïque et libérale.

Elle se pose comme une alternative à la charité chrétienne, en s'attaquant aux causes de la pauvreté, au lieu d'en soulager seulement les effets (to relieve only the effects).

Homme des Lumières, le philanthrope, c'est celui qui s'occupe activement des moyens d'améliorer la condition de ses semblables.

Cela passe par le don financier (This involves financial donations), mais pas seulement.

Les philanthropes lancent des pétitions, visitent les prisonniers, bâtissent des logements bon marché (cheap housing), encouragent l'épargne (savings).

Dans une vidéo suivante, nous approfondirons l'histoire des pratiques philanthropiques en France.

Retenons à ce stade que le mot philanthropie connaît un véritable essor (a real growth) au XVIIIe et XIXe siècle, tout comme celui, nouveau lui aussi, de bienfaisance.

Mais, avec la montée de la question sociale et les mouvements ouvriers de la fin du XIXe siècle, la philanthropie ne suffit plus et se retrouve contestée (finds itself challenged/), notamment par les penseurs socialistes et solidaristes.

La mise en place de l'État social au XXe siècle entraîne un déclin (leads to decline) relatif de la philanthropie.

Le mot paraît désuet (The word seems obsolete), obsolète, et connaît une véritable hibernation.

C'est désormais l'État qui (It is now the state that) va massivement prendre en charge les besoins auxquels les philanthropes (the needs to which the philanthropists) avaient répondu au siècle précédent.

Les rares fois où on utilise le terme, c'est pour parler de John Rockefeller ou Andrew Carnegie, les célèbres milliardaires américains ayant créé leurs fondations après avoir fait fortune dans l'industrie.

Il faut attendre la crise de l'État-providence et l'essor de la société civile en France pour entendre à nouveau parler de générosité, de libéralité et de philanthropie.

La Fondation de France, créée en 1969 pour développer la philanthropie dans notre pays, marque un tournant important.

Dans les médias, la philanthropie est incarnée aujourd'hui par Bill Gates et Warren Buffett, depuis leur fameux Giving Pledge en 2010.

Le terme est devenu synonyme de don financier conséquent ou de grande fondation.

Le philanthrope apparaît comme un homme d'affaires richissime, américain, qui donne une partie de sa fortune, après l'avoir bâti lui-même de son vivant (after having built it himself during his lifetime).

Mais, il y a une tradition philanthropique dans la plupart des régions du monde.

Ce ne sont pas seulement les riches ou les entrepreneurs qui donnent.

Comme nous le verrons dans une prochaine vidéo, ces dons sont effectués par des particuliers comme vous et moi, par des personnes plus fortunées, qui créent leur propre véhicule juridique, souvent une fondation, ou encore par des entreprises.

Vous l'aurez compris (You'll understand), le sens du mot a évolué au fil des siècles.

Les trois couches successives (The three successive layers) se sont accumulées.

D'abord, une vertu et une idée humaniste.

Ensuite, un mouvement réformiste issu des Lumières.

Enfin, les dons financiers en faveur de l'intérêt général.

La philanthropie est tout ceci à la fois (is all this at once).

Dans ce MOOC, nous nous concentrerons surtout sur ce troisième et dernier aspect.

Avant de conclure cette vidéo, quelques mots sur un terme parfois utilisé comme un synonyme de philanthropie, le mécénat (sponsorship).

Son origine remonte au Ier siècle avant notre ère.

Caius Maecenas était un ministre de l'empereur Auguste et le premier protecteur des arts et des lettres.

Un mécène, par analogie, c'est donc un personnage riche et puissant qui encourage et aide financièrement les artistes.

Après la chute de l'Empire romain, les principaux mécènes ont été les seigneurs féodaux (the feudal lords) et les papes, qui faisaient vivre peintres, sculpteurs et artisans.

L'âge d'or du mécénat, c'est la Renaissance avec le célèbre Laurent de Médicis, banquier et dirigeant de Florence, qui a soutenu Léonard de Vinci et Michel-Ange.

Comme la philanthropie, le mécénat connaît un reflux en France à la fin du XIXe siècle, avec le rôle croissant joué par les marchands d'art, d'une part, et par l'État et les musées nationaux, d'autre part.

Le mécénat retrouve une seconde jeunesse à la fin du XXe siècle.

C'est Jacques Rigaud, premier président de l'Admical, qui réutilise le terme à partir de 1980, pour désigner les dons des entreprises en faveur de la culture.

Par une curieuse évolution sémantique, le terme englobe désormais l'engagement des entreprises dans tous les domaines de l'intérêt général.

Non seulement art et culture, mais aussi solidarité, éducation, environnement, santé, sport.

Néanmoins, le terme mécène est encore utilisé dans le langage courant et dans les médias pour désigner un riche donateur, un collectionneur d'art, voire un propriétaire de club sportif, dont l'activité n'a rien d'un don sans contrepartie (is not a gift without consideration?).

En France, aujourd'hui, le mécénat est ainsi un terme fiscal, puisqu'il désigne un dispositif permettant aux particuliers et aux entreprises de réduire leurs impôts grâce à leurs dons à des organismes d'intérêt général.

Nous en reparlerons dans une prochaine vidéo.

Comme nos amis anglophones, nous n'utiliserons dans ce MOOC que le terme générique de philanthropie pour désigner tout don privé en faveur de l'intérêt général, quel que soit le domaine concerné ou l'identité du donateur.

Terminons justement avec ce dernier mot-clé de notre MOOC, le don.

Donner, c'est accorder gratuitement à quelqu'un la propriété ou la jouissance de quelque chose (the enjoyment of something).

Le don est à la fois l'acte de donner et la chose donnée.

On peut donner de l'argent, des objets matériels, mais aussi son temps ou son sang, c'est-à-dire une part de soi-même.

Ce qui caractérise le don, c'est sa gratuité, c'est-à-dire son absence de contrepartie ou de retour.

Contrairement à une vente, un investissement ou un prêt (a loan), celui qui donne se dépossède de la chose donnée et n'est pas rémunéré.

Nous le verrons dans la deuxième partie du MOOC.

Le don n'est jamais complètement désintéressé, et une myriade de motivations existe.

Une chose est sûre, le donateur n'a aucune garantie de recevoir quelque chose en échange de son don, même si cela arrive souvent de manière différée ou indirecte.

Pour conclure, retenons que l'acte de don est toujours au coeur de ce qu'on appelle la philanthropie.

Définitions et concepts de la philanthropie
Une brève histoire de la philanthropie en France