917
Lectures Watched
Since January 1, 2014
Hundreds of free, self-paced university courses available:
my recommendations here
Peruse my collection of 275
influential people of the past.
View My Class Notes via:
Receive My Class Notes via E-Mail:

VIEW ARCHIVE


Contact Me via E-Mail:
edward [at] tanguay.info
Notes on video lecture:
L'analyse séquentielle des politiques publiques
Choose from these words to fill the blanks below:
naturellement, oeuvre, défaillante, public, solution, formatage, limiter, lutte, lit, politisation, acteurs, saisir, disponibles, aboutit, tabagisme, imposé, crise, personnelle, santé, publique, prise, mieux, fumer, pression, apparaissent, géographie, départ, appliquée, partout, publics, relai, manifester
la distinction entre la sphère privée et la sphère                 
certaines questions                          comme relever purement de la sphère privée
du choix personnel des individus
le fait de            ou de ne pas fumer
relève a priori d'une décision purement                       
mais le fait de fumer est devenu un problème             
à partir du moment des associations se sont souciées des effets du tabagisme sur la                         
quand les autorités ont argumenté en faveur de la            contre le tabagisme, mettant notamment en évidence le coût assumé par la sécurité sociale pour le traitement des maladies liées au tabac
d'autres acteurs de la société mettent évidence que                la possibilité de fumer dans les lieux publics serait une entrave aux libertés individuelles
ils ne considèrent pas le                    comme un objet d'une réponse politique
ils considèrent que le fait de fumer n'est pas une problématique dont les autorités publiques devraient se             
ils s'opposent à ce que l'on appelle la                          du problème
le cas de la Belgique
le fait de fumer dans les lieux                a fait l'objet d'une réponse politique
a royal decree a en effet                            son interdiction en 2005
comment un problème devient-il politique
rien n'est jamais                            politique
tout problème n'est pas toujours politique
tout problème n'est pas                politique
tout problème peu théoriquement cessé de l'être
il dépend
de la construction qu'en font les               
de la                                    et de l'époque considérée
des inondations
une rivière sorte de son        du fait de fortes pluies
il apparaît comme un phénomène purement naturel
mais la gestion de            qui suit un épisode de catastrophe naturelle peut faire l'objet d'une mobilisation sociale et faire l'objet d'un traitement par le politique
si l'organisation des secours est considérée comme                                      ou les infrastructures de gestion des eaux de pluie comme obsolètes
les citoyens peuvent en arriver à                     , en appelant de leurs voeux des infrastructures solides pour le bon fonctionnement de la cité
les médias se font très souvent le            des demandes des citoyens et viennent rappeler au politique son rôle d'organisation de la société
de prévention des risques et de protection des populations
la politisation
les processus politiques, administratifs, sociaux qui conduisent à la            de décision
cela passe dans un premier temps par la perception, l'émergence et le                    d'un problème public
les ressorts de l'action publique
1. l'émergence et au formatage un problème public d'une mobilisation sociale et politique de la part
d'individus
de groupes de                 
de partis politiques
2. la mise à l'agenda
gouvernemental
parlementaire
un processus formalisé
des autorités publiques, politiques et administratives s'en saisissent
               sur une sélection d'un programme d'action publique
parmi différentes alternatives possibles pour traiter le problème de                           , les autorités en privilégient une en particulier
ils réfléchissent alors aux instruments qu'il est possible de mobiliser et les concilient aux ressources                       
3. la mise en oeuvre d'un programme d'action publique
concrétiser une                  au problème public
4. l'évaluation des programmes mis en              sur le terrain
déterminer si la politique                                  a été efficace pour résoudre le problème de départ
la possibilité d'ajuster la solution apportée afin de            répondre au problème initial

Flashcards:

How does a fact become political
Comment un fait devient-il politique
associations have been concerned abuot the effects
des associations se sont souciées des effets
a restriction of individual freedoms
une entrave aux libertés individuelles
cease to be
cessé de l'être
floods
des inondations
considered deficient
considérée comme défaillante
rainwater
des eaux de pluie
seems self-evident
nous semble aller de soi
Let's take a closer look
Voyons à présent de plus près
that public measures will necessarily be taken
que des mesures publiques vont nécessairement être prises
legislate on this or that subject
légiférer sur tel ou tel sujet
the balance of power
des rapports de force
sequencing
le séquençage
sometimes
parfois
lobbies
de groupes de pression
setting the agenda
la mise à l'agenda
seize them
s'en saisissent
reflect
réfléchissent
reconcile
concilient
implementation
mise en oeuvre
programs implemented in the field
des programmes mis en oeuvre sur le terrain
the provided solution
la solution apportée
properly political
proprement politique
it involves debates
il implique débats
endeavors to explain
s'attache à expliquer

Enhanced Transcription:

Comment un fait devient-il politique (How does a fact become political) ?

Commençons tout d'abord par analyser la distinction sphère privée/ sphère publique.

Certaines questions apparaissent comme relever (raise) purement de la sphère privée c'est-à-dire du choix personnel des individus.

Le fait de fumer ou de ne pas fumer par exemple relève a priori d'une décision purement personnelle.

Pourtant cette même question a fait l'objet d'un traitement particulier par le politique.

Le fait de fumer est devenu un problème public à partir du moment des associations se sont souciées des effets (associations have been concerned abuot the effects) du tabagisme sur la santé.

C'est aussi devenu un problème public quand les autorités ont argumenté en faveur de la lutte contre le tabagisme, mettant notamment en évidence le coût assumé par la sécurité sociale pour le traitement des maladies liées au tabac.

D'autres acteurs de la société ont fait entendre une voix différente mettant en évidence que limiter la possibilité de fumer dans les lieux publics serait une entrave aux libertés individuelles (a restriction of individual freedoms).

Ces citoyens ne considèrent pas le tabagisme comme devant relever (as an issue?) ou comme devant faire l'objet d'une réponse politique.

Ils considèrent que le fait de fumer n'est pas une problématique dont les les autorités publiques devraient se saisir (should seize?).

En ce sens, ces individus s'opposent à ce que l'on appelle la politisation du problème ; notion que je vais ensuite détailler.

Prenons le cas de la Belgique où finalement le fait de fumer dans les lieux publics a fait l'objet d'une réponse politique.

A royal decree/f () a en effet imposé son interdiction en 2005.

Mais alors : comment un problème devient-il politique ?

Pourquoi un fait social, à un moment donné, est considéré comme devant appeler à une régulation collective par le système politique ?

En réalité il n'y a pas de fait politique en soi mais tout fait social peut le devenir.

Rien n'est jamais naturellement politique.

Tout problème n'est pas toujours politique.

Tout problème n'est pas partout politique.

Encore, tout problème peu théoriquement cessé de l'être (cease to be).

En réalité l'évolution d'un fait social en problème politique dépend de la construction qu'en font les acteurs.

Elle dépend aussi de la géographie et de l'époque considérée.

Prenons un exemple : des inondations (floods).

Le fait qu'une rivière sorte de son lit du fait de fortes pluies apparaît a priori comme étant un phénomène purement naturel, météorologique.

Pourtant, la gestion de crise qui suit un épisode de catastrophe naturelle peut faire l'objet d'une mobilisation sociale et faire l'objet d'un traitement par le politique.

En effet, si l'organisation des secours est considérée comme défaillante (considered deficient) ou les infrastructures de gestion des eaux de pluie (rainwater) comme obsolètes, les citoyens peuvent en arriver à manifester, en appelant de leurs voeux des infrastructures solides pour le bon fonctionnement de la cité.

Les médias se font très souvent le relai des demandes des citoyens et viennent rappeler au politique son rôle d'organisation de la société, son rôle de prévention des risques et de protection des populations.

Considérer que les autorités publiques doivent assurer la prévention des risques nous semble aller de soi (seems self-evident) mais cela n'a pas toujours été le cas.

Voyons à présent de plus près (Let's take a closer look) comment s'opère le "passage au politique" d'un problème ce qu'on appelle la politisation.

Ce n'est pas parce qu'un problème est considéré dans la société comme devant faire l'objet d'une régulation politique que des mesures publiques vont nécessairement être prises (that public measures will necessarily be taken).

Quels sont les processus politiques, administratifs, sociaux qui conduisent à la prise de décision ?

Pourquoi, à un moment donné, décide-t-on de légiférer sur tel ou tel sujet (legislate on this or that subject) ?

Pourquoi un gouvernement décide-t-il d'agir ?

C'est un processus plus complexe que la seule réponse à des besoins.

Cela passe dans un premier temps par la perception, l'émergence et le formatage (the formatting?) d'un problème public.

Á ce stade la question des rapports de force (the balance of power) entre les acteurs du système socio-politique est extrêmement intéressante à analyser mais penchons nous plutôt sur les ressorts de l'action publique.

On peut analyser de manière séquentielle les processus de décision publique.

Le politiste Charles Jones en 1970 a été un des pionniers de cette analyse.

Selon le séquençage (sequencing) qu'il établit l'étape numéro un correspondant comme nous l'avons dit à l'émergence et au formatage un problème public.

Un problème parfois (sometimes) d'ordre purement privé fait l'objet d'une mobilisation sociale et politique de la part d'individus, de groupes de pression (lobbies) ou de partis politiques.

Ces acteurs tentent de faire reconnaître la cause qu'ils portent comme relevant d'une prise en charge (support?) politique.

La deuxième étape est marquée par la mise à l'agenda (setting the agenda), soit à l'agenda gouvernemental, soit à l'agenda parlementaire.

Le problème considéré commence alors à faire l'objet d'un processus formalisé de décisions publiques.

Des autorités publiques, politiques et administratives s'en saisissent (seize them).

La mise à l'agenda aboutit (results?) sur une sélection d'un programme d'action publique.

Parmi différentes alternatives possibles pour traiter le problème de départ, les autorités en privilégient une en particulier.

Ces autorités publiques réfléchissent (reflect) alors aux instruments qu'il est possible de mobiliser et les concilient (reconcile) aux ressources disponibles.

Une fois ces choix opérés, on assiste à la mise en oeuvre (implementation) d'un programme d'action publique.

Les décisions prises pour faire face au problème de départ sont alors appliquées.

Le but est de concrétiser une solution au problème public.

Enfin, les autorités publiques organisent l'évaluation des programmes mis en oeuvre sur le terrain (programs implemented in the field).

Il faut déterminer si la politique appliquée a été efficace pour résoudre le problème de départ.

L'intérêt de cette phase réside (is) la possible rétroaction, c'est-à-dire la possibilité d'ajuster la solution apportée (the provided solution) afin de mieux répondre au problème initial (to better answer the initial problem).

Vous savez maintenant que tout fait social (every social fact) n'est pas politique mais qu'il peut le devenir.

Le problème acquiert une dimension sociétale et proprement politique (properly political) à partir du moment où il implique débats (it involves debates) et décisions publiques censées s'imposer à tous (supposed to include everyone?).

Tout problème peut donc potentiellement faire l'objet d'une politique publique.

En science politique, l'analyse des politiques publiques s'attache à expliquer (endeavors to explain) les mécanismes d'élaboration et de décision d'une politique publique, en mettant en évidence le jeu des acteurs, les ressources mobilisées par ces acteurs et les règles institutionnelles qui structurent ce jeu.

Des précurseurs de la science politique
L'analyse séquentielle des politiques publiques